RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
04/04/2018

Grève SNCF, le covoiturage comme alternative au train




Le mouvement de grève de la SNCF va sérieusement bousculer les habitudes de milliers de Français pendant plusieurs semaines. Une situation qui oblige de nombreuses personnes à envisager de se déplacer d’une autre manière. Le covoiturage semble la solution la plus simple.


ILD
ILD
Calculer l’impact environnemental de la grève, est-ce déjà prendre parti ? La situation est électrique avec le début de la grève SNCF pour un mouvement de contestation qui va durer de longues semaines. Les syndicats appellent les travailleurs de la société ferroviaire à se mobiliser jusqu’à fin juin. De quoi bousculer les trajets durablement de milliers de personnes qui prennent tous les jours le train pour aller travailler ou étudier. Si les transports en commun sont intéressants pour leur faible impact environnemental, cette période sera peut-être aussi l’occasion pour beaucoup de tester le covoiturage en découvrant qu’il existe de nombreux outils pour le faciliter.

Un article de Cosmopolitain.fr fait le point sur les alternatives au train en cette période de grève intense. « Sachez tout d'abord qu'une grève d'une telle ampleur est un cas de force majeure et que vous ne serez pas licenciés si vous n'allez pas travailler. En revanche, votre employeur pourra comptabiliser vos heures d'absence et vous les faire rattraper, ou bien retenir une partie de votre salaire » commence l’article.
« La première des options des passagers qui vont subir ces 36 jours de grève est le covoiturage.Vous êtes déjà utilisateur des applications de covoiturage les plus connues (BlaBlaCar, CityGo, Covivo, Karos, RoulezMalin...) ? Si vous êtes conducteur, vous êtes fortement encouragé à vous inscrire et à proposer votre véhicule pour sortir de la galère des naufragés de la grève » lit-on plus loin. Le site du magazine explique par ailleurs que plusieurs sites de covoiturage ont annoncé que les trajets seront gratuit pour les passagers en région parisienne et que des conducteurs pourront se faire rembourser.

Plus artisanale, il y a aussi « Autostop-Citoyen ». « Les conducteurs doivent simplement placer sur leur pare-brise le logo imprimable et une feuille avec leur destination. Ils peuvent ensuite venir récupérer des gens devant les gares ou aux points de prise en charge de covoiturages connus.Les usagers peuvent trouver les infos et différents points de prise en charge sur le site Autostop-Citoyen.fr » ajoute Cosmopolitain qui rappelle que des lignes de Bus privées se multiplient pour faire face à la situation.

Lire en intégralité l’article sur le site de Cosmopolitain
 
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche