RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
10/07/2018

Greenpeace dénonce du travail forcé dans la pêche industrielle à Taïwan

Sébastien Arnaud



Depuis quelques temps, en plus de documenter les conséquences de la surpêche sur les ressources halieutiques, Greenpeace met en lumière une facette de l'industrie de la pêche que l'on retrouve peu sous le feu des projecteurs : l'impact social sur les personnes qui travaillent dans cette industrie. A l'abri des regards, des travailleurs (qui sont souvent des hommes) sont victimes de nombreuses violations des droits humains, alors qu'ils ne voudraient qu'exercer leur métier de pêcheur.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
Dans un communiqué, l'ONG Greenpeace explique qu'en 2016, elle avait publié un premier rapport dénonçant les pratiques inhumaines de travail forcé ayant cours en mer, à Taïwan. Malgré les promesses d'action, les abus ont continué. C'est la raison pour laquelle Greenpeace revient à la charge et publie un rapport intitulé "Détresse en mer" (lire le rapport : "Misery at Sea"). 

Ce rapport pointe du doigt la responsabilité de l'Etat taïwanais ainsi que celle de l'entreprise taïwanaise Fong Chun Formosa Fishery Company (FCF), l'un des leaders mondiaux du marché du poisson. Ces derniers, loin d'agir pour la régulation d'une filière vérolée par les scandales de travail forcé, préfèrent fermer les yeux sur les abus commis. Dans son rapport, Greenpeace apporte la preuve que Taïwan couvre cinq anciens salariés de Giant Ocean, une agence de recrutement, condamnés à 10 ans d'emprisonnement au Cambodge pour trafic d'êtres humains. Loin de purger leur peine, ces salariés ont échappé à la justice cambodgienne et vivent en liberté à Taïwan... où ils continuent de recruter de la main d'oeuvre pour les bateaux.
 

Travail forcé et maltraitance physique

Il est bien sûr impossible de généraliser ces pratiques à toute une filière mais sur les bateaux battant pavillon taïwanais, les témoignages de mauvais traitements en mer se succèdent. Certains abus ressortent régulièrement dans les récits des marins : contrats de travail non réglementaires et sous-payés, violences physiques ou verbales (mauvais traitements, menaces, coups), privation de sommeil, insalubrité à bord...
Triste exemple de ces pratiques inhumaines, le rapport revient sur le cas de Supriyanto, père de famille de 43 ans, décédé lors de sa première mission en mer. Des photos et vidéos apportent la preuve des mauvais traitements et des abus ayant conduit à sa mort.

La justice taiwanaise, pourtant en possession de ces éléments, a conclu à un non-lieu.
Pour le consommateur, difficile de s'y retrouver. Il est presque impossible de savoir où arrive le poisson pêché dans ces conditions déplorables. La faute au manque de traçabilité.

C'est sur ce manque généralisé de transparence que comptent ces navires pour continuer à opérer leur trafic en toute impunité. Pavillons de complaisance, transbordement en mer, société écran : les techniques sont nombreuses pour brouiller les pistes et éviter de rendre compte de ses actes.
Greenpeace est néanmoins remontée jusqu'à un acteur-clé de la filière impliquée dans plusieurs cas de travail forcé, l'entreprise FCF. Si son nom ne vous dit rien, FCF est bel et bien l'un des trois plus grands négociants de poissons au monde. Cette société taïwanaise fournit plus de 600 000 tonnes de poissons par an, qui finissent sur les étals des poissonniers mais aussi en sashimi ou dans les boîtes de conserve du monde entier. FCF se fournit en poissons auprès de bateaux impliqués dans le travail forcé ou le trafic humain.

Selon Greepeace, FCF n'est qu'un exemple au coeur d'un système corrompu qui doit être repensé à tous les échelons. La surcapacité de la flotte taïwanaise a entrainé de la surpêche et les ressources en poissons se sont effondrées. Pour garantir leur profit, certains armateurs et patrons de pêche n'hésitent pas à faire des économies sur la main d'oeuvre, en ayant recours à des pratiques de travail forcé, en utilisant des personnes déjà en situation de précarité, comme les migrants par exemples.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale