RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
06/02/2018

Grandes surfaces : un lait qui rémunère mieux les producteurs




Une nouvelle marque de lait est apparue dans les grandes surfaces avec pour spécificité de mieux rémunérer les producteurs. Un argument de vente responsable qui est le résultat d’un changement de mentalité vis-à-vis de la grande distribution.


ILD
ILD
Les producteurs de lait en France ne vont pas bien et ça se sait. Une nouvelle marque « Les éleveurs vous disent merci », l’a bien compris en lançant sur le marché des briques de lait qui rapportent plus aux producteurs.
 
Les cas de suicides, les faillites et les drames personnelles sont légion et leur situation ne s’arrange pas, année après année. S’il est difficile d’identifier précisément les raisons de cette situation, ces derniers pointent régulièrement du doigt la grande distribution et les grands groupes qui ont tiré vers le bas les prix. Les manifestations, prises de paroles et appels à l’aide des producteurs ont fini par se faire entendre et leur malheur est aujourd’hui de notoriété publique.
 
A cause des différents intermédiaires et de leurs exigences, les producteurs n’arrivent pas à sortir la tête de l’eau. Les initiatives de vente en direct se multiplient mais ce n’est pas assez généralisé. C’est ici que la nouvelle marque de lait fait son apparition. Avec un prix d’achat du litre à 33 centimes d’euros, après être descendu jusqu’à 30 centimes, impossible de s’en sortir pour les professionnels. La brique de lait de cette nouvelle marque promet qu’elle rapporte 44 centimes aux producteurs pour un coût total de 88 centimes.

« Voulant réaffirmer ce statut original de « producteur commerçant », et sentant probablement le vent tourner, la direction de la laiterie et d’Intermarché acceptent sous conditions. « Il fallait un prix de vente compétitif, accessible à tout le monde », indique René Grelaud, directeur de la laiterie, qui rappelle qu’une brique classique de la marque distributeur Pâturages est vendue à 75 centimes. On a fait beaucoup d’efforts pour réduire les coûts : sur les 44 centimes restants, 20 reviennent à la laiterie, 20 pour la distribution et 4 à l’Etat via la TVA » » lit-on dans les colonnes du site 20 Minutes .





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche