RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
23/03/2018

Gestion durable de l’eau, impliquer tous les acteurs est fondamental




D’après une étude publiée dans la revue Hydrogeology Journal et relayée par le CIRAD, les acteurs informels de l’agriculture sont essentiels dans la gestion durable de l’eau. Les travaux menés en Afrique du Nord montrent ainsi qu’il faut impliquer tous les acteurs pour améliorer l’état des eaux souterraines.


ILD
ILD
Montrer du doigt une mauvaise gestion publique ou les déviances d’acteurs privés ne suffit pas pour saisir la problématique de la gestion durable des réserves en eau. Voilà ce qu’il faut retenir d’une étude scientifique publiée par la revue spécialisée « Hydrogeology Journal ». A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, le Centre international en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), s’est appuyé sur cette étude à laquelle il a participé pour appeler à l’implication des acteurs informels.
 
L’étude s’est penchée sur a situation en Afrique du Nord en s’attelant à évaluer le rôle des acteurs informels de l’agriculture irriguée par les eaux souterraines. Pour le CIRAD, les conclusions sont sans appel « Il parait donc particulièrement pertinent de les impliquer dans l'exploitation durable des aquifères. En cette veille de Journée mondiale de l'eau, rappelons que les eaux souterraines constituent l'un des axes majeurs de la gestion des ressources hydriques. »
 
« Concilier une gestion durable des nappes souterraines avec le maintien d'une agriculture dynamique est un enjeu crucial en Afrique du Nord, comme dans de nombreuses régions du monde. Une étude a récemment donné des éléments de réponse pour relever ce défi : inclure tous les acteurs, formels et informels, des filières agricoles irriguées dans les processus de gestion de l'eau souterraine » ajoute le communiqué.

« En Afrique du Nord, l'exploitation des eaux souterraines pour l'irrigation s'est développée considérablement ces 50 dernières années. Cette croissance de l'activité agricole a eu des retombées positives à la fois économiques et sociales, mais elle est également responsable de la surexploitation des nappes souterraines. En sécurisant l'accès à l'eau, la dynamisation du secteur agricole a permis, par effets d'entrainement, le développement rapide d'activités indirectes en amont et en aval des filières de production (commerçants, distributeurs, fournisseurs d'équipement, de semences, d'intrants, etc.). Ces acteurs de la chaîne d'approvisionnement opèrent souvent en marge des politiques publiques et sont habituellement décrits comme «informels», «non structurés», et comme participants à «l'exploitation anarchique des eaux souterraines» » lit-on plus loin.

Une croissance du secteur qui a eu un effet important sur la multiplication des acteurs des activités agricoles. Pour améliorer la gestion durable de l’eau, les politiques publiques de la région ont sous-estimé l’importance de ces acteurs pour véritablement améliorer les choses. Une leçon qui mérite d’être retenue bien au-delà de cette seule région.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale