RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
31/01/2019

G7 environnement, la ville de Metz choisie comme hôte




François de Rugy a annoncé que Metz sera la ville d’accueil du G7 des ministres de l’environnement organisé en France. L’engagement de la ville sur les questions écologiques a pesé en sa faveur par rapport à Strasbourg, Rennes et La Baule qui étaient aussi envisagées.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Tenant la présidence du G7 cette année, c’est naturellement la France qui organisait le rendez-vous du G7 environnement. Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, vient donc d’annoncer que Metz sera la ville d’accueil de ce sommet international. « Metz va accueillir un événement politique international au centre des congrès-Robert-Schuman dans quelques semaines. La capitale mosellane vient d’être choisie par le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, pour être ville hôte du G7 des ministres de l’environnement, qui se déroulera les 5 et 6 mai prochains » nous apprend Le Républicain Lorrain . « Ce rendez-vous diplomatique réunira les ministres de l’environnement des plus grandes puissances économiques du monde : États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada (la Russie fait toujours l’objet d’une suspension). Il se tient traditionnellement dans le pays qui assure la présidence du G7, la France en 2019. Il sera organisé avant le sommet des chefs d’Etats prévu à Biarritz, du 24 au 26 août 2019 » précise le quotidien local.
 
Avant cette annonce, Metz était parmi les villes pressenties avec Rennes, Strasbourg et La Baule Dans le communiqué d’annonce officielle, François de Rugy affirme que la décision a été prise en tenant compte de la politique menée par les villes. « Metz est engagée de longue date dans la transition écologique et fait figure d’exemple en matière d’action environnementale. Ses engagements en font une excellente ambassadrice de la mobilisation française face aux défis du dérèglement climatique et de l’érosion de la biodiversité », affirme le ministre. Une décision qui vient récompenser la ville de 115 000 habitants qui a mis en place des politiques d’investissements ciblés sur la transition énergétique. « Grâce à cette mobilisation des élus et des habitants, le mix énergétique de la ville est aujourd’hui composé pour un tiers d’énergies renouvelables, soit une part plus élevée que l’objectif que s’est fixée la France pour 2030 », précise le ministère de la Transition.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter