RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
22/05/2019

Festival de Cannes : engagé peut-être mais pas en faveur de l’environnement




Le Festival de Cannes et sa débauche d’énergie ont des conséquences environnementales importantes que montrent du doigt des associations écologistes. Débarqués des quatre coins du monde, artistes et professionnels du cinéma vont multiplier les déclarations engagées quand leur simple présence irrite les militants.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le Festival de Cannes – cinéma français oblige – se drape volontiers dans les engagements sociétaux et politiques. En récompensant des films souvent pour le message qu’ils véhiculent, le rendez-vous annuel tient à son image engagée. La critique d’associations écologistes du Festival résonne d’autant plus. « Pendant douze jours, la ville qui reçoit les cinéastes du monde entier brille de mille feux, mais, pour l'Association pour la défense de l'environnement et de la nature (Aden), l'envers du décor est moins reluisant et l'événement « hors norme » s'accompagne d'une pollution tout aussi démesurée. « Pendant le festival, la population triple. Or, tous ces gens se déplacent. Les professionnels et artistes viennent en avion à l'aéroport de Cannes et de Nice, une noria de voitures souvent précédées de motards toutes sirènes hurlantes les conduisent aux hôtels afin d'éviter les bouchons, les immenses yachts dans la baie sont obligés de faire fonctionner leurs moteurs toute la journée pour avoir de l'électricité... » énumère la présidente de l'association Geneviève Huchet » souligne Le Point. En 2018, 1 700 atterrissages et décollages d’avions ont été enregistrés à l’aéroport de Cannes pour le seul mois de mai. Une activité incessante qui produit pollutions atmosphérique et sonore.

Mais si les déplacements comptent, d’autres aspects organisationnels sont aussi montrés du doigt. L’association a évalué à 1 900 tonnes les déchets supplémentaires lors de l’édition 2015 du Festival. Les militants critiquent l’emblématique tapis rouge qui est changé plusieurs fois par jour ou les prospectus en papier épais qui finissent par joncher le sol ou carrément dans la Méditerranée. Et ce n’est pas tout. « Au large, les feux d'artifice tirés sur les yachts qui clôturent les fêtes génèrent une pollution de particules fines avec des éléments qui tombent dans la mer et provoquent des nuisances lumineuses qui perturbent les oiseaux marins, relève l'association » ajoute Le Point.

Lire en intégralité l’article source sur le site du magazine Le Point





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter