RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
15/05/2019

Facebook présente ses résolutions contre les images de terroristes




Le réseau social a mis un mois et demi après l’attaque des mosquées de Christchurch pour proposer des mesures contre les images terroristes en directe et leur viralité. Des interdictions d’utilisation de Facebook Live temporaires et des fonds pour développer des technologies de lutte contre les copies des contenus problématiques.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Satisfaisantes ou non, on ne pourra pas reprocher à Facebook de ne pas avoir données de réponses. Le réseau social a finalement donné des pistes alors que les critiques avaient été sévères contre lui au lendemain de l’attaque de Christchurch. L’intégralité de l’attaque avait été diffusée par Facebook Live – dix-sept interminables minutes de massacre – sans être interrompue par les services de modération. Par la suite, des copies de la vidéo originale ont rendu le contenu morbide viral. Le cas n’est pas isolé avec de nombreux comportements violents ou illégaux qui ont été relayés par ce moyen.

Dans un communiqué à ce sujet, Facebook a annoncé un plan de lutte contre ces contenus délictueux. « L’écrasante majorité des personnes utilisent Facebook Live à des fins positives, par exemple pour partager un moment avec des amis ou pour sensibiliser d’autres personnes à une cause qui les intéresse. Pourtant, Facebook Live peut être détourné de son usage et nous voulons prendre des mesures pour limiter ces abus » explique le texte.

Parmi les mesures phares, l’interdiction pour certains utilisateurs. « Aujourd’hui, nous durcissons les règles spécifiques à Facebook Live, en appliquant une politique dite de « première infraction ». Ainsi, toute personne qui enfreindra nos politiques les plus sensibles se verra interdire l’utilisation de Facebook Live pour une période déterminée – par exemple 30 jours – à compter de sa première infraction. Par exemple, quelqu’un qui partage un lien vers un communiqué d’un groupe terroriste sans élément de contexte se verra immédiatement interdire l’utilisation de Facebook Live pour une période déterminée » continue le communiqué.

Pour ce qui est du défi complexe des copies de contenus, Facebook annonce des moyens financiers accrus pour trouver une solution technologique : « Même si nous avons déployé un certain nombre de techniques pour détecter ces variantes, notamment grâce à des technologies de comparaison vidéo et audio, nous avons réalisé qu’il s’agissait d’un domaine où nous devons investir dans des recherches additionnelles. C’est pourquoi nous annonçons aujourd’hui des partenariats avec trois universités – l’Université du Maryland, Cornell, et l’Université de Californie, Berkeley – axés sur la recherche de nouvelles techniques. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter