RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
24/10/2019

Espagne : grève des footballeuses pas assez payées

Sébastien Arnaud



Les joueuses de première division féminine de football espagnole font grève pour demander des augmentations de salaire. Problème, le football féminin n’est pas rentable et ne peut pas vivre sans les subsides de la branche masculine.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Est-ce que le football féminin est une cause que doit défendre la branche masculine ? La question se pose indirectement alors que les joueuses espagnoles de première division ont lancé un mouvement de grève pour demander à être mieux payées. Alors que les négociations sur leurs salaires sont engluées, un préavis de grève a été lancé. « La grève pourrait démarrer à compter du 16 novembre. La date exacte du début de ce mouvement n’a pas encore été fixée, a expliqué l’Association des footballeurs espagnols (AFE), qui a communiqué sur ce vote suivi à 93 % par les joueuses concernées qui évoluent dans des clubs comme le FC Barcelone, l’Atlético de Madrid, ou le FC Séville » nous apprend Le Monde.

Après des mois de négociation infructueuses, l’association qui représente soixante-dix clubs féminins, l’ACFF, opte pour le bras de fer. « Celles-ci demandent à être traitées comme leurs homologues masculins et que le salaire minimum annuel soit porté de 16 000 à 20 000 euros pour pouvoir « vivre » du sport, ou encore le droit à un congé maternité, à trente jours de vacances par an et un protocole contre le harcèlement sexuel. Le point de blocage se situe sur les contrats à temps partiel : là où les clubs ne veulent pas aller au-delà d’un salaire de 8 000 euros annuels, les joueuses considèrent que le minimum doit se situer à 12 000 euros par an » continue l’article du quotidien français.

La question est complexe dans la mesure où les dirigeants de clubs dans leurs négociations avec leurs salariées ont les chiffres de leur côté. La non-rentabilité du foot féminin est en effet une donnée que ne contestent pas les représentants de l’ACFF. Les arguments portent alors que l’engagement des clubs pour soutenir la branche féminine pour des questions de principes et d’image.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter