RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
25/04/2018

Environnement : Greenpeace s’attaque à la PAC

Sébastien Arnaud



La politique agricole commune (PAC) n’est pas adaptée aux enjeux environnementaux, estime l’ONG Greenpeace. D’après l’association de défense de l’environnement, des subventions européennes importantes sont perçues par des exploitations très polluantes.


ILD
ILD
Quels sont les devoirs impliqués par une subvention ? Il faudrait répondre à cette question et demander son avis à la Commission européenne avant d’évaluer la requête de Greenpeace. L’ONG vient en effet de s’adresser à l’Union européenne et l’invite à prendre en compte l’environnement en compte dans son système de subventions lié à la politique agricole commune (PAC). « Quand la PAC finance la pollution » titre l’association sur son site internet.
 
« Afin d’arriver à cette conclusion, deux jeux de données ont été croisés : la liste des bénéficiaires des aides PAC et les montants alloués, et la liste qui répertorie les émissions d’ammoniac par ferme (c’est la seule pollution qui soit suivie à l’échelle des exploitations). Nous avons ainsi effectué un classement des exploitations qui polluent le plus alors qu’elles reçoivent beaucoup de subventions. L’ammoniac est un composé chimique dont l’odeur âcre est caractéristique et il provient principalement des activités agricoles. Il peut impacter sévèrement la santé humaine et la vie sauvage lorsqu’il est relâché dans l’environnement » commence par expliquer Greenpeace. Et de préciser « que nous nous sommes vite rendus compte que ce système de suivi des émissions d’ammoniac était loin d’être sérieux et suffisant. A peine 3% des émissions d’ammoniac liées à l’élevage sont répertoriées dans cette base de données, alors que l’élevage représente 64% des émissions d’ammoniac en France. Par ailleurs, il existe 31 000 fermes porcines et/ou avicoles en France, seules 727 d’entre elles figurent dans la base de données ! Sans compter que les fermes bovines n’y figurent même pas alors qu’elles sont de grosses contributrices. »

D’après l’ONG, par son système et les fondements de la PAC, l’Union européenne finance des pollueurs et encourage même à intensifier la production. « En 2015, les 20 premières fermes de notre classement des pollueurs payés ont touché plus de 115 000 euros chacune en moyenne de la part de la PAC. C’est un montant considérable par rapport aux standards de la PAC ! Seulement 3% des bénéficiaires ont reçu un montant d’aides équivalent ou supérieur cette même année. Ceux qui déclarent le plus de pollutions reçoivent énormément de subventions… La PAC ne tourne pas rond ! Elle rémunère les pollueurs. C’est tout le système de subventions qu’il faut revoir » s’insurge le texte.

Retrouvez en intégralité l’enquête sur le site de Greenpeace





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale