RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
23/12/2019

Énergies renouvelables : les villes européennes s’emparent du sujet

Sébastien Arnaud



Une étude de Ren21 sur l’engagement des villes sur les énergies renouvelables montre que le dossier est pris à bras le corps par les municipalités. 7 840 villes européennes ont pris des engagements dans le domaine et soixante-dix d’entre elles visent le 100% renouvelable.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le renouvelable est aussi une question locale. Durant la décennie 2010, l’engagement environnemental a fait sa grande apparition dans les responsabilités des collectivités. Et à en croire une étude de Ren21, les avancées sont importantes. Le groupe de réflexion parisien spécialisé sur les énergies renouvelables avance ainsi le chiffre de 7 840 villes européennes engagées sur ces questions. Parmi elles, soixante-dix auraient même fixé le 100% renouvelable comme objectif. L’enjeu est de taille puisque plus de la moitié des habitants du monde et les trois quarts des émissions de CO2 sont des citadins. 

« Le changement climatique n’est pas le seul moteur de leur intérêt pour les énergies renouvelables. La sécurité énergétique entre en ligne de compte, de même que la volonté de lutter contre la pauvreté énergétique en isolant, par exemple, des immeubles anciens. Les énergies vertes sont aussi perçues comme une source de revenus et d’emplois » rapporte Le Figaro . D’après les éléments clés de l’étude, c’est surtout par le biais des panneaux photovoltaïques que les villes s’engagent. 

Le quotidien cite les conclusions de Coalition for Urban Transition il y a quelques semaines : « Il est possible de supprimer 90% des émissions de COdes villes. Pour l’ensemble de la planète, cela nécessiterait une dépense annuelle de 1800 milliards de dollars, soit près de 2% du PIB mondial. Mais, grâce en particulier aux gains sur les coûts des énergies, ces investissements rapporteraient 2800 milliards de dollars en 2030 et 7000 milliards en 2050. »

Les villes sont donc un levier clé même si les petites et moyennes estiment souvent que la transition a un coût difficile à supporter.  « Beaucoup de cités connaissent mal leur situation énergétique et évaluent mal leur potentiel. Cela complique la mise en œuvre de mesures adaptées » plaide une porte-parole de Ren21.  






1.Posté par 1noel2 le 02/01/2020 15:46
Quelle est l' énergie la moins chère ? EnR (solaire + éolien ) ou nucléaire EPR
Consomation prévue : 420 Twh/an pendant 60 ans soit 25 000 Twh
Pour un tout EnR ( éolien + solaire ) produire 420 Twh/an d' électricité (outre les 60 Twh de l' hydraulique) demandera des parcs totalisant 180 millions de KWc de panneaux PV produisant 200 Twh/AN + 40 000 éoliennes de 3 MW produisant 220 Twh/AN
Cout du parc PV
180 000 000 Kwc x 1 700 € le Kwc = 306 Milliards €
Cout du parc éolien
40 000 éol. x 3 000 KW x 1 800 € le KW = 216 Milliards €
TOTAL :................................................................ 522 Mds
Pour 60 ans de production, il faudra remplacer les deux parcs EnR tout les 20 anse , ce qui triplera le cout: 522 x 3 = 1 560 Mds € ( non compris le cout du stockage de sécurité qui reste à chiffrer et à rajouter aux 1 560 Mds)


Pour un tout nucléaire EPR
Sachant qu' il faudra produire 25 000 Twh sur 60 ans et qu' un EPR produit 700 Twh sur cette durée, il faudra 25 000 : 700 = 34 EPR pour un cout de 34 x 31 Mds #1 000 Mds €
soit une économie à minima tous les 60 ans de 560 Mds (9,3 Mds / an,) par rapport aux EnR

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter