RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
13/09/2019

Électroménager : le point sur les étiquettes énergie

Sébastien Arnaud



Au moment d’acheter un appareil électroménager, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver dans les indications concernant les économies d’énergie. Le Parisien-Aujourd’hui en France a publié un article explicatif qui permet d’y voir plus clair.


Lorsque l’on achète un appareil électronique, il est utile d’avoir en tête quelques repères sur la consommation d’énergie. D’autant que les économies d’énergie permettent de l’imiter l’impact environnemental mais aussi les dépenses. Il n’est pas facile d’évaluer les gains sur le long terme tant les marques ont compris qu’il s’agissait d’un argument de vente. « Pour informer et guider les consommateurs, l'étiquette énergétique a donc été introduite dès 1992, par la directive 92/75/CEE -transposée en droit français deux ans plus tard, en 1994-, dont le champ d'action a largement été élargi depuis lors. Si elle était, à l'origine, exclusivement destinée aux appareils électroménagers, elle a depuis été déclinée pour d'autres secteurs, en particulier l'automobile et l'immobilier » nous apprend Le Parisien-Aujourd’hui en France

En 2011 la Commission européenne a mis en place une nouvelle étiquette pour l’ensemble de l’Union européenne. C’est cette dernière qu’il faut identifier lorsque l’on veut comparer la consommation d’appareils. « L'efficacité énergétique d'un appareil est notée de A+++ à G. La première constituant la note maximale qu'il est possible d'obtenir, et la seconde correspondant peu ou prou à un zéro pointé ! A noter que ce système sera modifié à partir de mars 2021, pour revenir à une grille de notation plus simple comprenant des évaluations allant de A à G, sans sigle « + » » continue le quotidien français. 

Mais l’article montre surtout que dans le domaine, choisir un appareil noté dans la moyenne n’est pas satisfaisant : « Pour un réfrigérateur, un équipement aussi incontournable qu'énergivore (car il fonctionne en continu), un exemplaire de classe A+++ consommera en moyenne moitié moins d'électricité qu'un appareil classé A+, ce qui est considérable.(…)Idem pour le lave-linge, pour lequel il faut au minimum viser la catégorie A+, tout en optant pour une machine d'une taille adaptée. Un modèle estampillé A+++ consommera tout de même jusqu'à 40% d'électricité en moins qu'un A+. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter