RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
04/12/2018

Du bitume écologique pour rénover nos routes

Sébastien Arnaud



Une ancienne route dans le département de l’Hérault a été retapée grâce à une nouvelle technique qui consiste à mélanger du bitume classique avec une substance écologique. Une pratique qui devrait faire école.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Si l’on regarde nos paysages en cherchant les infrastructures qui abiment l’environnement, difficile de passer à côté des routes. Le bitume qui recouvre des milliers de kilomètres carrés de notre pays est en effet une substance polluante très anti écologique. C’est pour cette raison que la rénovation d’une portion de route dans l’Hérault grâce à un nouveau procédé est intéressante. « À première vue, difficile de faire la différence avec une chaussée classique. Une ancienne route abîmée du département de l'Hérault a récemment fait peau neuve. Une toute nouvelle technique de lifting obtenue grâce à un mélange bitume classique et d'une émulsion jaune 100% écologique » raconte France Info.
 
Le procédé consiste à remplacer le pétrole par des huiles végétales fabriquées à parti de pins. Le procédé de rénovation quant à lui n’est pas révolutionnaire. La route abimée est cassée, les morceaux sont ensuite mélangés avec l’émulsion végétale pour qu’ensuite l’ensemble soit réappliqué. « On utilise une matière première totalement renouvelable (…) C’est une ressource locale, cela limite les coûts de transports, l'utilisation de matériaux neufs, la gêne aux usagers, nos émissions de gaz à effets de serre » avait expliqué cet été à la presse un responsable de la société de construction Eiffage.
 
Si la question du prix n’est pas encore réglée sur des longs tronçons ou la création complète d’une route, le résultat écologique est pourtant intéressant : « Contrairement à la méthode classique, toute l'opération est faite sur place avec une seule et même machine. Sur cette route test, 100 tonnes de CO2 auraient été ainsi économisées, l'équivalent de 650 allers-retours en voiture entre Paris et Montpellier. Une réfection de la chaussée de ce type est en moyenne 10 à 20% moins chère qu'une classique. En attendant de tester la performance de cette route nouvelle génération, d'autres matières naturelles sont déjà à l'étude comme les algues ou le sucre issu de la betterave », précise la chaine publique d’infos.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche