RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
13/12/2018

Des associations demandent l’arrêt des forages pétroliers en Guyane




Dans une tribune publiée par France Info, des associations de défense de l’environnement demandent à l’Etat de reconsidérer l’autorisation de forage en Guyane délivrée à Total. Un texte qui est accompagné d’un recours officiel pour faire annuler cette autorisation.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
D’ici quelques jours, Total devrait débuter officiellement sa mission de forage aux abords de la Guyane. Un projet qui mobilise de nombreux militants de défense de l’environnement. Dans un texte publié par France Info, des associations demandent à l’Etat de revoir sa position dans ce dossier. « Il y a un an, le gouvernement s'enorgueillissait de la loi hydrocarbures censée mettre fin à la production d’énergies fossiles en France en 2040. Présentée comme une avancée majeure dans le monde, cette loi excluait en réalité les permis pétroliers en cours comme celui de Total au large de la Guyane. Résultat : le navire affrété par le géant français de l’industrie pétrolière s’apprête à opérer ses premiers forages en janvier. Entre-temps, le gouvernement a tout fait pour faciliter le travail à Total » commence le texte.
 
Les signataires dénoncent une « enquête publique bâclée » au lieu d’une concertation de grande ampleur qui aurait permis d’installer un débat. D’autant que l’enquête rapide durant l’été a finalement récolté quasi unanimement des avis défavorables des personnes qui se sont manifestées. « Quant aux commissaires-enquêteurs invités à rendre un avis éclairé et critique sur les travaux, ils ne sont pas des spécialistes du forage en eaux profondes. De leur propre aveu, ils n’y connaissent rien, mais qu’importe puisqu’ils ont choisi de faire confiance à Total. En bref, ce projet présente d’inquiétantes similitudes avec celui de Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique [cette plate-forme pétrolière exploitée par BP a explosé en 2010, faisant 11 morts et provoquant une gigantesque marée noire]. C’est d'autant plus inacceptable que tout récemment a été découvert dans les eaux guyanaises le récif de l'Amazone, un écosystème unique qui questionne le savoir scientifique sur les formations récifales et leur capacité de résilience face au changement climatique » continue le texte. En parallèle de cette tribune, quelques associations ont déposé un recours officiel devant les autorités françaises pour faire annuler l’autorisation de forage. Une démarche qui a peu de chance d’aboutir tant le début du chantier est imminent.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter