RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
03/09/2018

Démission Hulot : le gouvernement défend « le meilleur bilan écologique » depuis des années

Sébastien Arnaud



Après le coup de massue reçu par la démission surprise de Nicolas Hulot, le gouvernement a commencé à répliquer en suivant la ligne d’Emmanuel Macron. Par communiqué le Premier ministre parle du « meilleur bilan écologique depuis de nombreuses années » et par de « totale détermination pour continuer le travail ».


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Les cellules de crises se sont multipliées depuis l’annonce à la radio de Nicolas Hulot. Prenant par surprise ses collègues du gouvernement, la caution écolo de l’exécutif a finalement été le coup politique le plus dur encaissé depuis un an et demi au pouvoir. Les réactions du président puis du premier ministre se sont formulées autour du même mot d’ordre : les ambitions écologiques sont la priorité.

« Le Gouvernement, qui a le meilleur bilan écologique depuis de nombreuses années, a affirmé sa totale détermination pour continuer le travail. Le Premier ministre a "remercié" Nicolas Hulot pour le travail mené avec le Gouvernement pour "mettre en œuvre les engagements du Président de la République". Édouard Philippe fera des propositions dans les prochains jours à Emmanuel Macron s'agissant de la future composition gouvernementale » explique le communiqué de Matignon.
 
Pour justifier ces déclarations, le texte liste ensuite les projets portés par Nicolas Hulot en quinze mois d’exercice. « Le Plan Climat, pour rendre irréversible et accélérer la mise en oeuvre de l'Accord de Paris ; -L'interdiction de l'exploration des hydrocarbures ; -Le Grand plan d'investissement dont 20 milliards d'euros sont destinés à la transition écologique ;-La fermeture des centrales à charbon et de Fessenheim dans les 4 ans ; L'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes : 1 000 ha préservés de l'artificialisation des sols et rendus à leur vocation agricole ; A la-suite des Etats généraux de l'alimentation : la part des aliments bio ou locaux passe à 50% dans les cantines, lutte contre le gaspillage alimentaire est renforcée, le délit de maltraitance animale est étendu. ; -La sortie du glyphosate en 3 ans et l'interdiction des néonicotinoïdes (pesticides "tueurs d'abeilles") » lit-on entre autres mesures. « Le Gouvernement est déterminé à poursuivre l'action engagée. Il continuera d'agir avec "la conscience de l'urgence" mais aussi en garantissant "la crédibilité des engagements", a déclaré le Premier ministre » conclue le communiqué.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale