RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/10/2019

Dédoublement de personnalité : quand Total vise la neutralité carbone




Le patron de Total Patrick Pouyanné vient d’annoncer que son fonds de capital-risque serait dédié exclusivement à la neutralité carbone. 400 millions d’euros seront investis d’ici cinq ans avec cet objectif.


DR
DR

Un pétrolier neutre carbone. Voilà la prouesse qu’annonce Patrick Pouyanné, le patron de Total. L’annonce a de quoi surprendre mais démontre en tout cas la pression que subisse les acteurs des énergies carbone avec les enjeux environnementaux. « Si Total vient de décider de dédier entièrement son fonds de capital-risque Total Energy Venture à la neutralité carbone, de le rebaptiser Total Carbon Neutrality Ventures, et d’investir 400 millions d’euros d’ici 5 ans, c’est parce que Patrick Pouyanné, son PDG, n’a plus le choix. Il ne peut plus, comme jusque-là, se contenter d’inscrire le climat dans sa stratégie et de réaliser des acquisitions ciblées dans les énergies renouvelables, le stockage ou l’efficacité énergétique. Il ne peut plus, par peur d’être immédiatement taxé de greenwashing, taire qu’il crée une unité forêt doté de 200 millions d’euros pour ne l’annoncer qu’au détour d’un discours devant d’autres chefs d’entreprise » analyse Usine Nouvelle

Ce serait donc contraint et forcé que le pétrolier français augmenterait la cadence de sa transition énergétique. Mais à y regarder de plus près, il y a quelque chose du dédoublement de personnalité chez la plupart des grands groupes pétroliers. Car si la pression médiatique et de l’opinion publique les pousse à annoncer des grandes mesures de transition énergétique, la réalité de l’économie qu’ils observent ne suit pas la même dynamique. Les énergies renouvelables progressent certainement – et de ce point de vue les investissements dans ce domaine sont logiques – mais les fossiles ne chutent pas pour autant. Les mêmes nécessités d’exploration et d’exploitation constituent le cœur du métier et de la concurrence. 

De ce point de vue, l’investissement massif dans des dispositifs de compensation semble être l’entre-deux décidé par Total. Pour ne pas insulter l’avenir, alors que le succès de l’électrique dans le secteur automobile est loin d’être assuré, le groupe pétrolier ne va pas arrêter de faire du pétrole. Et pour la même raison, il investit massivement dans les alternatives, notamment pour les marchés où la norme juridique est de moins en moins favorable à son cœur de métier traditionnel. Pétrolier aux Etats-Unis et précurseur du renouvelable en Europe, Total est un groupe mondial. 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter