RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/03/2019

Débat : les écolos pro nucléaires veulent être écoutés

Sébastien Arnaud



Dans une tribune publiée en Australie et traduite par Le Point, l’écologiste Michael Shellenberger plaide pour une stratégie écologique qui se sert de l’énergie nucléaire pour atteindre les objectifs d’émissions nulles.


Creative  Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Michael Shelleberger est un écologiste mondialement reconnu. Dans un article publié pour un site australien et traduit par Le Point, il interroge sur la vision du nucléaire de nombreux écologistes. « En 2002, peu après mes 30 ans, j'ai décidé de me consacrer à la lutte contre le changement climatique. Je craignais que le réchauffement climatique n'en vienne à détruire tout le travail de préservation de l'environnement que des gens comme moi avaient effectué. Pour moi, les solutions étaient assez simples : des panneaux solaires sur chaque toit, des voitures électriques devant chaque maison, etc. » commence l’auteur.
S’appuyant sur sa propre expérience et ses déceptions, l’écologiste déplore le peu d’efficacité des politiques d’investissements massifs dans le renouvelable. Alors qu’il avait été l’artisan de la plaidoirie aux Etats-Unis qui a convaincu l’administration Obama d’investir 150 milliards de dollars dans le renouvelable, son bilan est très négatif. « J'avais donc l'impression que la plupart, et peut-être même la totalité, des problèmes de rentabilité des énergies solaire et éolienne étaient susceptibles d'être résolus par les progrès technologiques. Sauf qu'au fil des ans, les problèmes allaient persister et même, dans certains cas, empirer. Par exemple, si la Californie est un phénix des énergies renouvelables, nous n'avons pas converti nos barrages en batteries, notamment pour des raisons géographiques. Tous les barrages et réservoirs ne sont pas adaptés et leurs rénovations sont des opérations coûteuses » explique-t-il notamment.
Energie par énergie, il souligne les défis et problèmes soulevés par le renouvelable. Plus surprenant encore, il prend la France comme exemple grâce au nucléaire. Depuis 2009, explique-t-il, « la France a produit un dixième des émissions de CO2 allemandes par unité d'électricité et payé son électricité quasiment moitié moins cher. Comment ? Grâce à l'énergie nucléaire. Ensuite, sous pression de l'Allemagne, la France a déboursé 33 milliards de dollars  pour les énergies renouvelables ces dix dernières années. Pour quel résultat ? Une augmentation de l'intensité en carbone de son offre électrique et des prix de l'électricité eux aussi plus élevés. »
Le texte sera sans doute contesté par nombre d’écologistes. Mais à sa lecture de nombreuses questions légitimes semblent être posées. Aura-t-on le courage de convier les écolos pro nucléaire dans les débats sur l’avenir énergétique du pays ?
Lire en intégralité la tribune de Michael Shelleberger publiée par Le Point






1.Posté par Lebrun le 12/03/2019 16:52
Un ecolo est forcément anti-nucléaire ! C'est une question de bon sens ….

2.Posté par Jerome le 13/03/2019 06:38
On parle souvent des émissions réduites de CO2 du nucléaire mais cela est également combiné a de faibles émissions de gaz de combustion (Nox so2 poussières COV etc.) et à la sollicitation de surfaces réduites. L'artificialisation des sols est un sujet préoccupant pour la préservation de la biodiversité et le nucléaire répond donc aussi a cette problématique ! On l'oublie trop souvent

3.Posté par AtomicBoy44 le 16/03/2019 21:10
@Lebrun,

Lisez l'article traduit en entier dans Le point, vous verrez qu'il dénonce aussi ce que vous venez d'écrire... le paragraphe de "l'appel de la nature" est très clair, et il a compris qu'il nous induit en erreur, comme votre remarque le montre.

@Jérome,

Oui, l'énergie nucléaire est la plus concentrée par unité de masse, de volume ET SURTOUT DE SURFACE !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter