RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
24/01/2019

Croquettes pour animaux à base d’insectes, un geste simple et efficace pour la planète




Les animaux de compagnie consomment 20% de la viande produite dans le monde et 10 000 litres d’eau pour produire un kilo de croquettes. Un impact environnemental considérable qui encourage à favoriser des alternatives comme l’utilisation d’insectes. Plusieurs sociétés se sont lancées sur ce créneau qui doit être envisagé par les propriétaires de chats ou de chiens.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Après a voir annoncé pendant des années que l’homme était sur le point de se nourrir d’insectes, il serait peut être temps de commencer par nos animaux de compagnie. D’après les chiffres avancés par RTL, l’impact environnemental de la nourriture pour chiens et chats domestiques est impressionnant. Leur nourriture représenterait ainsi 20% de la viande produite dans le monde. Il faut par ailleurs, 10 000 litres d’eau pour produire un kilo de croquettes.

« Cela représente à l'échelle de la France l'équivalent de 4.000 piscines olympiques chaque année rien que pour nourrir nos 7 millions de chiens. Alors qu'il ne faut que 10 litres d'eau pour fabriquer un kilo de nourriture à base d'insectes. Cette production a comme autre conséquence des émissions de gaz à effet de serre considérables. L’élevage de bœuf produit 25 fois plus de CO2 par kg que l'élevage de larves de mouches. En France la start-up Entomojo, en Grande-Bretagne, Yora, se sont lancées sur le marché de l'aliment pour chien et proposent des croquettes fabriquées avec de la farine d'hermetia illucens » explique la radio dans un article publié sur son site internet.

Alors que les appels à consommer moins de viande se multiplient, agir sur la consommation des animaux de compagnie semble être un levier accessible pour faire avancer la situation. « Cette larve de mouche soldat noir réduite et mélangée à des fruits, des légumes et à laquelle on ajoute quelques arômes de volailles permet d'obtenir des croquettes qui contiennent un peu plus de 20% de protéines. C'est au-delà de ce qui est recommandé. Pour l'instant seuls les chiens se délectent de ces croquettes aux insectes, les chats sont plus difficiles à convaincre »






1.Posté par Supercalifragili le 24/01/2019 13:52
On n'a aucune information concrète ni même d'estimation sur l'impact environnementale de la production d'insectes des "fermes-usines" à insectes. Dans la revue "Trends in Ecology and Evolution" (Approaching Ecological Sustainability in the Emerging Insects-as-Food Industry) des chercheurs indiquent que la production d'insectes sera loin d'être aussi écolo que tout le monde le dit car celle ci est très énergivore, climatisation, refroidissement des élevages, processus de transformation etc, tout ça n'est jamais pris en compte dans les discours des startups de ce secteur.


La vraie solution sera la viande cultivée en laboratoire. Là il existe des prémisses d'études (par New Harvest par exemple) pratiquement aucun besoin en eau, en terres, peu de risque sanitaire, coût en énergie raisonnable.
Et d'un point de vue éthique c'est aussi bien mieux puisqu'aucun animal n'a besoin d'être tué dans le processus.

2.Posté par Supercalifragili le 24/01/2019 13:52
On n'a aucune information concrète ni même d'estimation sur l'impact environnementale de la production d'insectes des "fermes-usines" à insectes. Dans la revue "Trends in Ecology and Evolution" (Approaching Ecological Sustainability in the Emerging Insects-as-Food Industry) des chercheurs indiquent que la production d'insectes sera loin d'être aussi écolo que tout le monde le dit car celle ci est très énergivore, climatisation, refroidissement des élevages, processus de transformation etc, tout ça n'est jamais pris en compte dans les discours des startups de ce secteur.


La vraie solution sera la viande cultivée en laboratoire. Là il existe des prémisses d'études (par New Harvest par exemple) pratiquement aucun besoin en eau, en terres, peu de risque sanitaire, coût en énergie raisonnable.
Et d'un point de vue éthique c'est aussi bien mieux puisqu'aucun animal n'a besoin d'être tué dans le processus.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter