RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
06/05/2019

Cannabis thérapeutiques : une fédération française d’associations de patients consommateurs

Sébastien Arnaud



Dimanche 5 mai, la première fédération française d’associations de patients consommateurs a été créée. « Espoir Imp(patient) » devrait fédérer vingt-cinq associations dans un premier temps pour militer en faveur de la légalisation à fins thérapeutiques.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Elle devrait réunir vingt-cinq associations dans un premier temps. Par le jeu de mots un peu ridicule « Espoir Imp(patient) », la première fédération française de patients consommateurs de cannabis thérapeutique a été créé le dimanche 5 mai. La structure assure qu’elle a vocation à devenir, selon les mots de sa fondatrice Mado Gilanton au JDD, « un espace et une force pour porter la cause et la voix de ces patients auprès des autorités ». Elle doit aussi permettre de sensibiliser l’opinion publique sur cette question.

D’après, Mado Gilanton, qui est elle-même consommatrice pour des raisons médicales, il y aurait six millions de Français concernés par des douleurs chroniques. « Si cette fédération a pu voir le jour, c'est d'abord parce que le tabou du cannabis à usage thérapeutique (délivré sous ordonnance) n'en est plus un, rappelle le JDD. Après avoir déjà émis un avis favorable en décembre dernier, l'Agence nationale pour la santé et le médicament (ANSM) a mandaté un comité d'experts (CSST) pour une deuxième expertise, qui sera dévoilée d'ici à juin, avant une expérimentation d'un ou deux ans, au plus tôt à la fin de l'année. Selon les premiers résultats, l'herbe médicinale peut en effet être pertinente pour traiter l'épilepsie, la sclérose en plaques, les cancers, les douleurs chroniques ou encore certaines maladies neurologiques » rapporte CNews.

Le fait même qu’il existe des consommateurs pour des raisons thérapeutiques en France, alors même que c’est interdit, est utilisé comme argument par certains. Reste que le dossier souffre du fait que la légalisation à des fins thérapeutiques est souvent perçue comme le premier pas vers la légalisation. « Selon le député écologiste ex-LREM François-Michel Lambert, qui va d'ailleurs déposer dans les prochains jours une proposition de loi visant à autoriser le cannabis à usage médical ET récréatif, la légalisation en France – premier pays consommateur d'Europe – permettrait aux consommateurs d'avoir accès à des produits de meilleure qualité. Ce qui leur éviterait l'automédication, qui présente des risques (marché noir, effets indésirables, manque d'efficacité...) » poursuit CNews. Mélangeant une fois de plus usage thérapeutique et récréatif, les arguments de l’élu perdent de leur crédibilité.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter