RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
08/01/2020

Brest : à l’Ouest, du nouveau !

Christine de Langle



Brest, célèbre pour sa destruction quasi totale lors de la dernière guerre, est depuis décembre 2017 labellisée Ville d’art et d’histoire.


Cette ville qui n’a pas fini de surprendre se reconstruit en permanence. A la pointe du Finistère, tournée vers la mer grâce à sa rade majestueuse qui abrite le port de plaisance du Moulin-Blanc et la base sous-marine de l’Ile Longue, Brest depuis quelques années bâtit une nouvelle image.  Une ville connectée, un nouvel éco-quartier sur un ancien site militaire et industriel, une ville de scientifiques et, pour prendre de la hauteur, le premier téléphérique urbain de France qui relie le centre historique de Brest à ce nouveau quartier de Recouvrance, un défi pour les ingénieurs et une prouesse technique car pour passer en toute tranquillité au-dessus de la Penfeld, il a fallu tenir compte de la force des vents qui peuvent souffler en tempête.

Le Plateau des Capucins, un nouveau quartier

C’est à Recouvrance qu’une communauté de capucins s’installe à la fin du 17e siècle dans un couvent bâti par Vauban, maréchal de France et architecte militaire, chargé de la fortification de Brest. Les capucins fournissent les aumôniers de la Marine. A la Révolution, terrains et bâtiments sont cédés à la Marine qui en fait son arsenal. Au 19e siècle, la modernisation de la flotte de guerre nécessite la création de trois grandes nefs industrielles. Les forçats du bagne de Brest fournissent une main d’œuvre peu coûteuse.  Un coup de canon annonçait l’ouverture et la fermeture de l’arsenal.

Ce serait l’origine de l’expression « Tonnerre de Brest ! », bien connu des lecteurs de Tintin. Les ateliers endommagés pendant la Seconde Guerre mondiale sont reconstruits. En 2005, suite à la restructuration de la Marine, la libération de ce plateau de 16 hectares en permet le réaménagement complet. Le patrimoine industriel des ateliers est conservé et abrite désormais un vaste pôle culturel, économique, touristique, les Ateliers des Capucins. On y trouve un auditorium, une médiathèque,  une librairie, une fabrique d’innovation numérique labellisée French Tech.

Un pôle des excellences maritimes, vitrine des innovations techniques et technologiques de la mer qui présentera l’été prochain dans le cadre des Fêtes maritimes de Brest 2020 « le canot de l’empereur », canot d’apparat utilisé par Napoléon III lors de sa visite à Brest en 1858 auparavant conservé au musée de la Marine à Paris. Brest fait revivre son histoire industrielle au sein d’une architecture contemporaine de verre et de béton qui par ses grandes dimensions offre une immense aire de jeux et de promenade.

Océanopolis, une fenêtre scientifique sur l’Océan

Unique en France, ce parc de découverte des océans inauguré en 1990 propose une plongée au cœur du milieu marin et de ses écosystèmes fidèlement reconstitués. Avec 77 aquariums et 9000 m2 d’exposition, c’est une histoire naturelle de l’Océan qui est proposée avec une mission de médiation scientifique affichée.

Imaginé par des universitaires qui souhaitaient faire sortir la science des laboratoires et la vulgariser auprès du grand public, Océanopolis est beaucoup plus qu’une série d’aquariums, c’est une véritable plateforme scientifique unique en Europe. Brest et la pointe bretonne rassemblent en effet des fleurons nationaux des sciences marines, tels l’Ifremer, le CEDRE, expert en pollution des eaux, L’Institut Polaire Paul-Emile Victor, L’Institut Européen de la Mer ou le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM).
 
Quatre pavillons permettent de prendre connaissance des écosystèmes marins.
Dans le Pavillon Bretagne qui présente la biodiversité des côtes bretonne, la visite est immersive et interactive. Minilab, nourrissage des phoques et une première mondiale, l’AbyssBox qui permet de voir des animaux vivants issus des profondeurs (2000m). Le Pavillon tropical offre une eau à 25 °C, des poissons multicolores, un récif corallien, un lagon et une serre tropicale, cap sur les mers chaudes et dépaysement garanti ! Ceux qui préfèrent les atmosphères plus fraîches peuvent visiter le Pavillon polaire où les attend une immersion dans deux écosystèmes, l’Arctique et l’Antarctique, avec ses phoques polaires ou à moustaches, ses poissons-loup et ses manchots royaux ou papou installés sur une véritable banquise. Et pour finir, le Sentier des loutres, unique occasion en France de découvrir les loutres d’Europe et loutres de mer du Pacifique Nord.

Des animations et expositions sont régulièrement présentées aux visiteurs. Pendant la période de Noël, petits et grands se sont émerveillés devant un « océan de papillons » proposé dans la serre du Pavillon tropical.

Océanopolis situé à côté de la marina du Moulin Blanc, le port de plaisance de Brest, est un acteur majeur du développement de la science et de la diffusion de la culture scientifique voulue par la Région Bretagne.






Christine de Langle




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter