RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
03/06/2019

Bouteille en plastique : améliorer l’eau du robinet est une piste

Sébastien Arnaud



Pour que les bouteilles en plastique prennent de moins en moins de place dans nos déchets, la consommation de l’eau du robinet doit décoller. A Paris, environ un habitant sur trois affirme ne pas boire l’eau de son robinet.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
La proportion est catastrophique. Près d’un tiers des Parisiens ne boit pas l’eau du robinet. Conséquence immédiate – et évitable – une quantité astronomique de de bouteilles plastiques sont jetées chaque année. Le chiffre a été donné par e directeur de la régie eau de Paris, Benjamin Gestin, alors qu’il lance une campagne de communication anti-plastique. En partenariat avec l’association Surfrider Foundation et l’entreprise Gobilab, Eau de Paris va distribuer 50 000 bouteilles réutilisables.

« Une goutte d’eau quand les Français consomment encore en moyenne 125 litres d’eau en bouteille par an mais qui veut souhaite être à l'origine d'un torrent. En faisant signer une charte les engageant à consommer l’eau du robinet et à éviter les déchets plastiques et leurs effets néfastes, l'initiative vise à gagner les esprits et les verres des Parisiens. (…) A cet effet, 50 000 gourdes réutilisables et biosourcées seront distribuées cet été. Signe d’une transition encore en cours, les gourdes, fabriquées en Suède par l’entreprise Natural Bottle à partir de canne à sucre et ornées d’un bouchon en bambou, restent encore faites de…  plastique. Une étape davantage qu'un point d'arrivée sur la route de la transition, admettent les personnes à l'origine de l'initiative, qui ont pour ambition de limiter l'usage de contenants jetables et éphémères » rapporte Usine Nouvelle .

Mais l’enjeu de cette campagne de communication est de changer la vision de nombreuses personnes sur l’eau du robinet. Plusieurs études ont démontré que les eaux en bouteilles n’étaient pas toujours gage de qualité mais l’imaginaire collectif reste bloqué. Peut-être parce que l’on conseille aux parents de favoriser l’eau de source pour les nourrissons. Mais alors que la qualité de l’eau est régulièrement contrôlée et qu’elle respecte absolument les normes sanitaires, certains obstacles semblent solides. Aux plus inquiets, on conseillera volontiers l’utilisation de systèmes de filtres qui ont le mérite de pas être constitués de plastiques à usage unique.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter