RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
02/05/2019

Biodiversité : la sixième extinction de masse en cours




La sixième extinction d’animaux est en cours, estiment les chercheurs spécialisés dans la biodiversité. Réunis à Paris pour un sommet aux airs d’alerte générale, des scientifiques du monde entier assurent que l’heure est grave.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Les déclarations finales du sommet de la biodiversité à Paris ne sont pas encore connus que l’on sait déjà ce qu’ils vont souligner. Réunis au siège de l’Unesco, les membres de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) vont lancer un appel mondial. « Au terme de cette session de l’IPBES, les représentants des gouvernements devront aussi approuver mot par mot, comme il en va des travaux du GIEC sur le climat, un « résumé pour les décideurs » d’une trentaine de pages, synthétisant les principaux messages, qui sera rendu public lundi 6 mai. C’est ce document politique qui, bien qu’il n’ait pas de caractère contraignant, devra ensuite guider l’action des Etats » rappelle Le Monde .

Mais si l’on ne sait pas encore ce qu’ils vont demander aux dirigeants du monde entier, le constat lui est déjà connu. « La sixième extinction de masse des espèces est bel et bien en cours. Et la terrible nouveauté, par rapport aux précédentes comme la disparition des dinosaures, voilà 65 millions d’années, est qu’elle se produit en quelques décennies seulement, et qu’une espèce parmi toutes les autres, l’homme, en est responsable » résume Le Monde.

Plusieurs rapports allant dans ce sens ont été largement médiatisés ces dernières années. Fin 2017 des milliers de scientifiques ont signé une mise en garde en assurant qu’en 25 ans une chute d’un tiers des populations d’animaux. « Et que sur la même période, le couvert forestier mondial a perdu 12 millions de kilomètres carrés, soit plus de 20 % de sa superficie. Fin 2018, dans son rapport « Planète vivante », le Fonds mondial pour la nature (WWF) annonçait pour sa part que, depuis 1970, les populations de vertébrés ont baissé de 60 % » poursuit le quotidien français. L’enjeu n’est donc pas tant le constat que les solutions qui seront présentées.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter