RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
01/10/2019

Bientôt un téléphérique sur le Kilimanjaro ?




C'est avec inquiétude que le Mountain Club d'Afrique du Sud (MCSA), la Confédération des clubs de montagne africains (CAMC) et la Fédération internationale d'escalade et d'alpinisme (UIAA) ont entendu parler de la proposition de construire un téléphérique sur le Kilimanjaro, le plus haut sommet d'Afrique. Montagne.


Source : Pixabay, image libre de  droits
Source : Pixabay, image libre de droits
La construction d'un tel téléphérique, proposée et conçue pour stimuler le tourisme et augmenter le nombre de visiteurs dans la région, aurait un certain nombre de conséquences négatives - au niveau humain, environnemental et éthique, explique dans un communiqué l'Union internationale des associations d'alpinisme.

Chaque année, plusieurs milliers de personnes gravissent le Kilimandjaro, l'une des principales attractions touristiques d'Afrique. Un grand nombre d'entre elles souffre du mal des montagnes (AMS) sous une forme ou une autre - typiquement un oedème pulmonaire et plus grave encore un oedème cérébral en haute altitude (HAPE)de haute altitude (HACE). Cela peut provoquer une grande détresse chez le patient et, dans certains cas, entraîner la mort. La cause immédiate de ces conditions est souvent une montée trop rapide de niveaux relativement bas à une altitude plus élevée.

Les personnes qui marchent dans le Kilimandjaro prennent généralement entre quatre et six jours. Malgré celà les alpinistes, touchés par le mal d'altitude sont conséquents. Si les touristes, non préparés pour une ascension en altitude, sont précipités en trois à quatre heures au lieu de trois à quatre jours, il est fort probable que bien plus de personnes subiront les effets mortels de l'altitude.

Un téléphérique entraînerait un développement important de l'infrastructure. Les dommages collatéraux sous la forme d'une nouvelle dégradation grave de l'environnement de la montagne, déjà lourdement pénalisée par la forte présence de visiteurs, serait considérable. L'augmentation des effectifs aggraverait également la pollution sur une montagne déjà soumise à rude épreuve et dont les glaciers sont confrontés à un recul chronique.

Cette approche simpliste consistant à envoyer de nouveaux visiteurs sur le Kilimandjaro aurait des conséquences à la fois tangibles et non tangibles sur la communauté de l'alpinisme, des guides et des porteurs, jusqu'à 20 000 personnes, qui gagnent leur vie en guidant des groupes d'alpinistes sur la montagne; Elle le sentiment d'accomplissement de cette famille de l'alpinisme qui se prépare pour les expéditions avec une conscience de leur métier, un sens élevé de la montagne en outre de ce qu'elle représente, du respect qui lui es dû et porteurs d'une symbolique d'excellence.

La construction d'un tel téléphérique inciterait au développement de projets similaires dans les montagnes du monde entier. L'UIAA, depuis sa fondation en 1932, a contesté avec succès les propositions de construction de remontées mécaniques sur certaines des montagnes les plus emblématiques du monde. Le lobbying qui a contribué à faire en sorte que l'environnement montagnard reste aussi «sauvage et libre» que possible. Avec la MCSA et le CCEA, l'UIAA et ses membres, représentant la communauté mondiale de l'alpinisme, se féliciteraient de l'occasion de dialoguer sur ce sujet.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter