RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
07/05/2019

Bannir les sacs plastiques pour améliorer la qualité de l’air




Outre les méfaits sur les océans et les animaux, les sac plastiques ont aussi un impact important sur la qualité de l’air, nous apprend ONU Environnement. 12% des déchets solides des villes sont en plastique alors que 40% des déchets de la planète sont encore brûlés.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Faire disparaitre les sacs plastiques ce n’est pas uniquement agir pour les Océans. Car si les images du fameux continent de plastique ont fait le tour du monde, tous les plastiques ne finissent pour autant pas dans les mers. « L'incinération de déchets plastiques à l'air libre est une source majeure de pollution atmosphérique. Environ 12% de la plupart des déchets solides municipaux sont constitués de plastique, et 40% des déchets de la planète sont brûlés, selon l'étude intitulée "Polluants toxiques issus de déchets plastiques » explique l’ONU Environnement.

Aux quatre coins du monde, les interdictions de sacs plastique à usage unique se multiplient. Dernièrement la Tanzanie, la Zambie, le Kenya et le Rwanda ont pris des décisions en ce sens. Un excellent signe qui doit faire effet boule de neige sur le continent africain. « La combustion de plastiques libère des gaz toxiques dans l'atmosphère tels que les dioxines, les furannes, le mercure et les biphényles polychlorés (mieux connus sous le nom de PCA), et constitue une menace pour la végétation, ainsi que pour la santé des êtres humains et des animaux. Les dioxines se déposent sur les cultures et dans les cours d'eau où elles finissent par pénétrer dans nos aliments et donc notre organisme. Ces dioxines sont des polluants organiques persistants potentiellement mortels qui peuvent causer le cancer et perturber les systèmes respiratoire et thyroïdien » continue le communiqué.

Parmi les substances qui constituent les plastiques des sacs jetables, les phtalates permettent la souplesse de la matière. Mais ce sont aussi des perturbateurs endocriniens, nous apprend l’ONU Environnement. « La combustion de plastique libère également du carbone noir (suie), ce qui contribue aux changements climatiques et à la pollution atmosphérique. Partout dans le monde, des efforts sont déployés pour réduire la quantité de déchets plastiques qui se retrouvent dans les décharges ou dans nos océans. Par exemple, en mars 2019, l'Union européenne a approuvé une loi interdisant de nombreux articles en plastique à usage unique, tels que les couverts en plastique, les assiettes en plastique à usage unique, les pailles en plastique et les baguettes de ballon en plastique, à partir de 2021 » ajoute le texte.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter