RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/05/2019

Attentat de Lyon : le procureur de Paris tacle l'irresponsabilité de la communication politique

Sébastien Arnaud



En réaction à l’annonce par le ministre de l’Intérieur de l’arrestation d’un suspect pour l’attentat terroriste de Lyon, le procureur de Paris a rappelé qu’il était le seul à pouvoir communiquer des éléments de l’enquête.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Sans être spécifique sur qui il visait, le procureur de Paris Rémy Heitz s’en est clairement pris au ministre de l’Intérieur. Cinglant, il « rappelle que l'enquête ouverte à la suite des faits commis à Lyon vendredi soir est couverte par le secret. »  En cause, l’annonce lundi 27 mai par Christophe Castaner de l’arrestation du suspect. Dans un interview à CNews, le ministre est allé encore plus loin en assurant qu’il n’avait « pas de doute » sur la responsabilité de la personne appréhendée la veille. « Je dis cela non pas pour dévoiler quoi que ce soit de l'enquête mais pour rassurer les Lyonnais et les Français. Celui qui est présumé responsable est en garde à vue » disait-il. Expliquant ensuite que la personne arrêtée avait été identifiée notamment par les achats qu’il a effectué sur internet.

« L'homme de 24 ans, "assez peu loquace" depuis le début de sa garde à vue, est "une personnalité totalement inconnue de nos services", a ajouté le ministre. Interrogé sur la nationalité algérienne du suspect, Christophe Castaner a refusé "de communiquer sur son identité ou sur sa nationalité". Affirmant "ni confirmer, ni infirmer" , il a estimé que "ça ne change rien au fait qu'il y a eu 13 blessés". "Il avait des visas de court séjour et il a fait ensuite une demande de visa étudiant pour rentrer dans une école. Il n'a pas eu de visa étudiant", a-t-il détaillé » résume L’Express . Sauf que tous ces éléments sur lesquels le ministre a totalement assumé de communiquer font partie de l’enquête et n’ont pas vocation à être connus du public tant qu’aucune décision de justice n’a été prise. Avec ce communiqué très sec, le Parquet de Paris vise également l’ancien ministre de l’Intérieur et maire de Lyon, Gérard Collomb qui avait annoncé en direct l’arrestation du suspect.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter