RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/09/2019

Accès à l’eau : de fortes inégalités demeurent dans le monde




Par communiqué, la responsable de l’eau de l’Agence française de développement (AFD) fait le point sur les enjeux internationaux. Elle rappelle notamment que plus de deux milliards de personnes sur Terre n’ont pas accès à de l’eau gérée en sécurité, 4,5 milliards manquent d’un système d’assainissement satisfaisant.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
L’accès à l’eau n’est pas une évidence. Fin aout, la Semaine mondiale de l’eau a permis de rappeler les enjeux mondiaux de cette ressource essentielle. « Chaque année la Semaine mondiale de l'eau se concentre sur un thème fort défini par l'ONU. L'an dernier, il s'agissait des solutions fondées sur la nature. En 2019 il sera d'abord question de la réduction des inégalités : comment faire en sorte que les plus vulnérables aient accès à une eau propre et à un assainissement digne ? Rappelons que l'Objectif de développement durable (ODD) n°6 vise un accès universel à des services d'eau et d'assainissement de qualité d'ici 2030 » explique Céline Robert, responsable de la division eau et assainissement de l’Agence française de développement.
 
Un accès universel qui est loin d’être garanti dans de nombreuses régions du monde. Le constat que dresse la spécialiste parle de lui-même : « Il n'est pas inutile de rappeler que l'eau est un enjeu crucial pour la planète qui nécessite une mobilisation renouvelée : 2,1 milliards de personnes n'ont toujours pas accès à des services d'eau gérés en toute sécurité et 4,5 milliards ne bénéficient pas d'un assainissement satisfaisant. La situation est particulièrement préoccupante en Afrique subsaharienne où seuls 27 % de la population disposent de services d'eau de qualité et où ce pourcentage tombe à 18 % pour l'assainissement. » D’autant que les tendances démographiques, notamment en Afrique, poseront de nombreux défis dans les prochaines années. « On estime ainsi qu'en 2050 plus de la moitié de la population mondiale sera confrontée à des pénuries d'eau au moins une fois par an. Ces défis appellent à accroître les moyens humains et financiers consacrés au secteur et à en améliorer les modes de gouvernance » poursuit Céline Robert pour engager
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter