RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
03/12/2018

AXA sacrifie un peu de croissance pour plus de vertu




Le groupe d’assurance devenu récemment AXA XL après une acquisition a annoncé qu’il allait cesser ses services pour certaines activités. A l’occasion de Jour de la finance pour le climat, le groupe annonce qu’il va cesser de collaborer avec les activités liées au charbon, aux sables bitumineux, au tabac ou aux armes. Une décision qui aura des répercussions sur son résultat en 2020.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Les activités non vertueuses ne seront pas assurées. AXA XL, le nouveau nom de l’assureur depuis l’acquisition de XL Group, a fait cette annonce très remarquée la semaine dernière. A l’occasion du Climate Finance Day, le groupe a annoncé qu’il ne voulait plus proposer de contrats risques liés aux activités carbones, au tabac ou aux armes. « Spécialisée dans l'assurance des entreprises, cette division particulièrement présente aux Etats-Unis va ainsi cesser de souscrire des contrats liés à la construction et à l'exploitation de centrales ou de mines de charbon, à l'extraction de sables bitumineux, aux pipelines qui les transportent, ainsi qu'aux forages en Arctique. Cette politique de restriction de souscription s'appliquera aussi au secteur du tabac et aux entreprises vendant des armes « controversées » (mines antipersonnel, sous-munitions, etc.) » annoncent Les Echos .

Cette décision, sur le court terme, n’est pas bonne pour les affaires. Le groupe l’a clairement annonce, cette stratégie aura « un léger impact » sur le résultat de 2020. Mais à en croire le responsable RSE et Affaires publiques du groupe, Jad Ariss, « c’est quelque chose d’absorbable en termes de croissance de l’activité ». 660 millions d’euros d’investissement sont annoncés dans les secteurs durables. Le groupe annonce par ailleurs avoir atteint la barre de 10 milliards d’investissements financiers ou immobiliers verts et viser 12 milliards d’ici 2020.

Tout en saluant l’initiative, l’association Les Amis de la Terre n’est pas au comble de l’enthousiasme. « Nous regrettons qu'AXA ne se soit pas saisi de cette opportunité pour se remettre au niveau de ses pairs européens et annoncer comme en 2015 et 2017 des mesures innovantes et ambitieuses à même de changer la donne en matière de finance climat », a déclaré une responsable de l’ONG, citée par Les Echos.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche