RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
14/06/2019

A Toulouse, un procès de la RSE pour mieux la défendre

Sébastien Arnaud



Pour la quatrième année consécutive à Toulouse s’est tenu le « Grand procès de la RSE ». Un événement dont la forme originale a pour objectif de souligner les aspects les plus convaincants de la RSE.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
En faire le procès mais pour mieux la défendre. Le principe du « Grand procès de la RSE » est original et a le mérite d’attirer l’attention. Pour la quatrième fois consécutive l’événement s’est tenu début juin à Toulouse. « Cette année, tout juste introduite par le volet RSE de la Loi Pacte, la “Raison d’être de l’entreprise” se voit accusée d’être dans tous les cas inutile et parfois dangereuse pour les entreprises qui décideront de s’en doter ! Devant un tel chef d’accusation, le Grand Procès de la RSE se devait de prendre des mesures exceptionnelles. Après reconstitution participative d’un cas de “raison d’être” qui fait débats dans une PME seront appelés à la barre Denis Clerc, fondateur d’Alternatives économiques, “procureur” d’un soir, la très consultée Geneviève Ferone-Creuzet en qualité “d’avocate”, rejoints par des acteurs économiques locaux venus témoigner de leur expérience » explique Le Journal Toulousain qui avait relayé l’info.

A la fin de « l’audience », le public a pris la place du jury pour rendre un jugement. L’idée de faire participer le public après avoir trouvé une façon originale de souligner des aspects intéressants de la RSE est original. D’autant que les entreprises jouent le jeu en envoyant des intervenants. « Pionnière de la notation sociale et environnementale, spécialiste de la RSE, du développement durable (Eiffage, Véolia), de l’investissement socialement responsable, Geneviève Ferone-Creuzet est une personnalité qui compte à plus d’un titre dans les débats actuels sur la raison d’être, les entreprises à mission. L’équipe d’organisation est très heureuse de sa participation au GPRSE, 4e édition. Intervenant en qualité “d’avocate de la défense”, nul doute qu’elle développera une analyse de la situation et des arguments qui vont éclairer les membres du “jury”, les aider à prendre de justes décisions. Nous pouvons logiquement compter sur le même effet d’éclairage et d’aide à la décision pour les acteurs économiques locaux qui sont pour un soir, justement, ces membres du bienveillant jury du Grand Procès de la RSE ! » écrivait le site d’infos locales quelques jours avant l’événement.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter