RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
17/10/2016

​Un « tribunal citoyen » s’attaque à Monsanto




Le coup de com’ est bien réussi pour les militants écologistes et de défense de l’environnement qui ont organisé un tribunal symbolique pour juger la multinationale Monsanto. Un jugement symbolique qui fait parler de lui, et c’est le but.


ILD
ILD
« Et si demain, la société civile jugeait et condamnait Monsanto ? Et si demain, vous, moi étions partie civile dans un procès pour mettre ses dirigeants en prison ? Le tribunal qui se réunira dans une dizaine de jours à la Haye n’a pas d’autre objectif. Même si le jugement rendu sera tout à fait symbolique » commence par s’interroger la radio France Inter.

Comme beaucoup de grands médias français, la radio publique s’est empressée de relayer l’information : « Sous le parrainage de la documentariste Marie Monique Robin, du juriste belge Olivier de Schutter, soutenu par Nicolas Hulot, Corinne Lepage ou encore Vendana Shiva, il va réunir des agriculteurs et une trentaine de témoins ».

L’objectif est de souligner de manière théâtrale mais pas humoristique les griefs que les militants ont contre le géant mondial de l’agriculture. Parmi les grandes dénonciations, témoins appelés à la barre ils vont parler de l’impact environnemental et économique des activités du groupe.

Le coup de communication est bien maitrisé par les organisateurs qui ont fait parler de cet événement symbolique qui se tient dans la non moins symbolique ville de la Haye, capitale mondiale de la justice avec le siège de la CPI.

« Le crime d’écocide » en question

« Au XXIe siècle, il faut maintenant nommer les conséquences du commerce de Monsanto-Bayer. Pour les militants écologistes le crime d’écocide, doit donc entrer dans le droit pénal. D’ailleurs, il y a trois semaines, la CPI a décidé d’intégrer l’environnement dans ses enquêtes. C’est un premier pas dans cette direction, une petite graine semée dans le droit international » avance France Inter.
Sans que l’événement ne provoque une réponse officielle, le groupe a répondu à travers un article du magazine Forbes. « Ce tribunal, uniquement à charge n’est qu’une blague, dit Monsanto, c’est un faux tribunal, qui ne relève ni de la CPI ni de l’ONU, ni de quelque institution existante. Une opération sans valeur donc » résume la radio publique française.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale