RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/07/2019

​Total crée une unité pour préserver la forêt

Sébastien Arnaud



Alors que l’ouverture de sa bioraffinerie dans les Bouches-du-Rhône a suscité beaucoup d’oppositions, Total annonce qu’une unité sera créée pour investir dans la préservation des forêts. Une déclaration de plus du patron du groupe qui cherche à rassurer agriculteurs et associations de défense de l’environnement.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
La bioraffinerie de la Mède de Total a suscité beaucoup de mécontentement. Tant sur l’aspect environnemental que sur la rentabilité, les critiques ont été nombreuses. C’est dans ce contexte particulier, que le patron du groupe, Patrick Pouyanné, a annoncé la création d’une unité chargée de la préservation des forêts. « Nous voulons constituer une « business unit » pour investir dans des projets qui préserveront les forêts pour un budget de 100 millions de dollars par an(…)Le moyen le plus efficace aujourd'hui d'éliminer le carbone, pour moins de dix dollars la tonne, c'est la reforestation(…) Ce n'est pas de la philanthropie, ça se veut être de l'investissement à moyen et long terme. Un projet pour les forêts, il faut qu'il dure longtemps pour être positif pour la planète » a-t-il annoncé à l’occasion des rencontres économiques d’Aix-en-Provence.

D’après lui, en investissant moins de dix dollars par tonne, il est possible de lutter efficacement contre le carbone. « Cette annonce intervient en pleine polémique sur la bioraffinerie d'agrocarburants de Total à La Mède dans les Bouches-du-Rhône. Le site a débuté sa production cette semaine, au grand dam des associations de défense de l'environnement. La Mède, qui fonctionnera pour moitié sur la transformation d'huile de palme importée, a aussi fait face à une vive contestation des agriculteurs. Total a pourtant tenté de rassurer, en assurant compléter la certification de son huile de palme par un dispositif spécial de contrôle de la durabilité et du respect des droits de l'Homme, notamment en limitant le nombre de fournisseurs, et en acceptant d'être audités par un expert tiers. Patrick Pouyanné assure que l'huile de palme utilisée à La Mède ne provient pas de la déforestation, garantissant ainsi sa traçabilité » commente BFM BusinessSentant certainement le procès en « greenwashing » qui vient, Patrick Pouyanné assure que ce n’est pas une démarche philanthropique mais un « investissement ».
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter