RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
25/03/2019

​Technip en faillite, l’irresponsable indemnité de départ du patron

Sébastien Arnaud



Alors que la fusion de la société pétrolière du CAC 40 Technip avec FMC tourne au fiasco, le président français s’apprête à quitte ses fonctions avec un pactole total de près de 14 millions d’euros. Une annonce qui fait beaucoup réagir alors que la société a déclaré 1,67 milliard d’euros de pertes.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Il a été l’un des artisans d’une fusion qui a beaucoup fait réagir. C’est durant le mandat de Thierry Pilenko à la tête du pétrolier français Technip que la société a fusionner avec l’américain FMC. Alors que les observateurs spécialisés s’étonnent toujours de cette fusion entre deux sociétés, les résultats semblent donner raison aux plus dubitatifs. Depuis la fusion en 2017, la situation de TechnipFMC ne rassure pas avec une perte de 1,9 milliard de dollars en 2018…

Une situation catastrophique fustigée par les syndicats qui soulignent les impacts psychosociaux. « Les salariés français n’ont tiré aucun bénéfice de la fusion : le groupe profite des excellents résultats du Gaz, portés par les compétences développées dans l’Onshore/Offshore en France, tandis que l’activité Subea ex-Technip (SURF), dans une situation très inquiétante, souffre d’une perte de perspective et n’a pas le soutien du Groupe pour maintenir ses compétences et ses moyens. Ce bilan intervient alors que la direction finit de passer dans les mains des Américains avec le départ prévu en mai de Thierry Pilenko et une équipe de direction comptant 2 ex-Technip sur 9 membres. 

Rappelons que la direction doit en outre répondre aux soupçons de corruption du Parquet National Financier qui a ouvert une enquête, dans la foulée de l’investigation menée par les autorités américaines pour des faits qui seraient intervenus entre 2002 et 2009 » explique un communiqué des syndicats de l’entreprise.

Depuis cette alerte des représentants du personnel, les sommes empochées par Thierry Pilenko ont été révélés par la presse. Outre son indemnité de départ de 1,98 million d’euros, il va toucher 3,96 millions d’euros issus d’une clause de non concurrence ainsi que 10 millions d’euros en actions… Une annonce choquante alors que les syndicats dénonçaient lles rémunérations excessives du groupe avant que ces sommes soient communiquées. « TechnipFMC n'est, aujourd’hui, que la 38ème capitalisation de la Bourse de Paris. Le titre a perdu 40% de sa valeur depuis la fusion, le 17 janvier 2017 » rappelait le communiqué.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter