RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
20/07/2015

​Réchauffement climatique, AFD accréditée par le Fonds vert




Par communiqué l’Agence française de développement (AFD) annonce que sa candidature a été retenue par le Fonds vert. La nouvelle a été saluée par les représentants de cette institution publique française dont l’activité est ainsi largement élargie.


​Réchauffement climatique, AFD accréditée par le Fonds vert
Pour l’AFD, le Fonds vert pour le climat est « destiné à devenir un des instruments majeurs du financement de la lutte contre le dérèglement climatique et de l'adaptation à ses effets dans les pays en développement. » Dans un communiqué qui annonce l’accréditation de l’Agence française de développement, l’institution salue cette décision des instances internationales.

Citée dans le texte Anne Paugam, directrice générale de l'AFD,  se réjouit de cette nouvelle accréditation : « Je me réjouis de l'accréditation de l'AFD au Fonds vert qui permettra à l'agence de mettre l'expérience qu'elle a accumulée depuis 10 ans dans la finance climat au service du Fonds vert. Cette accréditation va ainsi permettre de démultiplier les efforts financiers de la France au bénéfice des pays en développement dans le cadre de nouveaux modèles de développement plus résilients aux effets du changement climatique, plus sobres en carbone et donc ... durables. C'est aussi la reconnaissance de la prise en compte par l'AFD des meilleurs standards internationaux. »

« Favoriser les interventions dans les pays les plus vulnérables »

André Pouillès-Duplaix, Directeur du département des appuis transversaux à l'AFD, ajoute : « Nous souhaitons que l'expertise de l'AFD puisse être rapidement mobilisée par le Fonds vert pour financer des projets qui auront des effets structurels et de long terme dans la lutte contre le dérèglement climatique. L'AFD souhaite favoriser les interventions dans les pays les plus vulnérables. Elle privilégiera les projets ou programmes qui aident à rediriger les flux de finance non climat vers la finance climat et travailler le plus souvent possible avec les institutions financières locales et régionales. C'est un prolongement et une amplification des actions qu'elle mène depuis plusieurs années. »

Le Président François Hollande avait déclaré lors du sommet climat organisé par le Secrétariat général des Nations-Unies fin 2014, que la France contribuerait à hauteur de 1 milliard de dollars pour une durée de 4 ans au Fonds vert pour le climat.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche