RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
10/03/2015

​Pour FNE, les grandes marées « rappellent notre vulnérabilité »

Sébastien Arnaud



Dans un communiqué France Nature Environnement (FNE) s’appuie les grandes marées qui touchent le littoral français pour dénoncer les solutions à court terme. D’après les militants, le réchauffement climatique et la montée du niveau de la mer nécessitent de trouver des solutions durables pour le littoral.


​Pour FNE, les grandes marées « rappellent notre vulnérabilité »
En mars, les grandes marées en France vont atteindre des niveaux exceptionnels. D’après les prévisions, jusqu’à la fin du mois le littoral va être touché par ce phénomène noté à 119 sur une échelle de 120. Pour la fédération d’associations France Nature Environnement (FNE), « ces évènements rappellent notre vulnérabilité face à l’inexorable montée du niveau des océans. »
 
Dans un communiqué publié fin février, les militants dénoncent les solutions provisoires mises en place pour faire face à une tendance lourde qui, d’après les estimations des chercheurs sur le réchauffement climatique, devrait s’accentuer.

Stop aux politiques « pansements »

« Boudins gonflables anti submersion, barrages géants, les grandes marées de ces dernières semaines ont donné le coup d’envoi à " la débrouillardise " qui souligne notre impréparation aux phénomènes de submersion marine » explique le communiqué de FNE. Les militants s’agacent de la réaction des autorités alors que les questions de gestion durable du littoral vont se poser de plus en plus.
 
« Selon le GIEC les niveaux des mers augmenteront jusqu’à un mètre d’ici 2100 et les phénomènes météorologiques extrêmes seront de plus en plus intenses, fréquents et longs. Inexorablement, le risque de submersion et d’érosion des zones côtières françaises augmente »  commente le texte.
 
Les militants, qui estiment que les bétonnages sont des « pansements (qui) ne tiendront pas longtemps », appellent les autorités à réagir de manière plus conséquente. On lit ainsi que « si certains progrès notables ont été réalisés, les mesures de protection défensives ne règlent rien sur le long terme. La population reste en danger. France Nature Environnement souhaite donc que le repli stratégique des biens et des personnes et le développement d’une culture du risque soit aussi porté par le gouvernement dans le débat national, et pas uniquement une stratégie de défense contre la mer, contre la nature. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche