RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
20/10/2015

​Obésité, Coca-Cola et ses opposants invités à plus de réalisme




Sur le site Forbes, un membre du prestigieux Hudson Institute, appelle la direction de Coca-Cola et ses détracteurs à aborder le sujet sans idéologie. D’un côté le groupe est invité à adopter un discours moins ambigu, de l’autre les activistes doivent se souvenir qu’une compagnie doit préserver son intérêt et gagner de l’argent.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Aucun progrès ne peut être enregistré dans le domaine de la lutte contre l’obésité du géant Coca-Cola, si toutes les postions restent caricaturales. C’est en somme le message que fait passer Hank Cardello, « senior fellow » du prestigieux Hudson Institute.

Dans un article publié sur le site du journal Forbes, ce spécialiste explique que « Coca-Cola et ses détracteurs doivent radicalement changer leur attitude et la manière avec laquelle ils interagissent pour atteindre de véritables progrès de réduction de l’obésité. »
 

Pas d’ambiguïté pour l’un, plus de réalisme pour l’autre

« Avec des années d’expérience de conseil d’entreprises et de conduite de recherches pour des organisations de santé publique à travers le Hudson Insitute, j’ai acquis un point de vue sur les stratégies qui font le plus bouger les choses dans la lutte pour la réduction de l’obésité » explique l’auteur.

Ici le cas Coca est l’illustration parfaite d’une situation très répandue d’opposition entre une entreprise et des militants. Chaque groupe prenant une position ferme qui exclue du débat les facteurs prédominants chez l’autre.

Pour les militants il est temps de réaliser que Coca-Cola discute avec ses actionnaires, doit remplir des objectifs financiers. C’est une entreprise, non une association.  

De l’autre, il semble évident qu’aucune entreprise ne peut faire son fonds de commerce en se positionnant comme l’ennemi de la santé publique. Coca-Cola doit adopter une position moins ambiguë en s’éloignant d’une rhétorique aujourd’hui éventée : c’est le sport qui empêche l’obésité pas le changement de comportement alimentaire.

Pour Hank Cardello, Coca-Cola doit faire évoluer l’image de ses produits pour déplacer le curseur. Faire en sorte que les produits les plus caloriques ne soient plus considérés comme les produits originaux. « L’ADN de Coca-Cola est rouge, la couleur de sa marque déposée ; protéger « le vrai produit » est une réponse enracinée, viscérale. Toutefois, le temps est venu de réaliser que les produits peu caloriques et meilleurs pour la santé méritent plus de lumière et peuvent finalement supplanter leur ancêtre. »
 
Lire ici en intégralité l’article sur Forbes





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche