RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/11/2016

​Leclerc va bannir les emballages alimentaires constitués d’hydrocarbures

Sébastien Arnaud



La grande enseigne de distribution vient d’annoncer que dès l’année prochaine, les emballages constitués d’huiles d’hydrocarbures vont être bannis. Une bonne nouvelle pour les militants de l’ONG Foodwatch qui ont alerté de nombreuses fois la grande distribution sur ce phénomène.


ILD
ILD
« L’ONG Foodwatch a été entendue. Plus précisément, son alerte sur la présence d’huiles d’hydrocarbures dans les emballages alimentaires. A partir de 2017, les magasins du groupe Edouard Leclerc vont recourir à des substances qui ne menacent pas la santé des consommateurs » annonce le site Pourquoi Docteur .
 
C’est en effet une grande victoire pour l’association qui a tiré le signal d’alarme sur le sujet en publiant une étude en octobre 2015 qui affirmait que des hydrocarbures aromatiques d’huile minérale constituaient les emballages de la moitié des produits analysés. D’après les données de l’association, « Des hydrocarbures aromatiques d’huile minérale, aussi appelés MOAH, sont présents dans la moitié des échantillons testés. La France se distingue par ses mauvais résultats. 47 références présentent un risque de cancer pour les consommateurs. La demande de l’ONG est donc simple : cesser de recourir à ces substances. Foodwatch a depuis reçu le soutien des consommateurs. Une pétition disponible sur son site a comptabilisé plus de 100 000 signatures. La pression citoyenne a payé puisque la chaîne Edouard Leclerc a entamé une modification de ses pratiques » explique l’article.

Une prise de position de Leclerc

La décision de Leclerc est largement saluée par les militants qui se félicitent aussi d’avoir visé les grands distributeurs, les plus à même d’influer dans le domaine. « A partir de 2017, les choses vont changer à une échelle plus large : l’ensemble des magasins de la chaîne supprimera les emballages contenant des hydrocarbures. Dès le premier trimestre, les légumes secs seront par exemple stockés dans du carton vierge. Reste à améliorer le bilan pour les pizzas, gambas et crevettes surgelées » poursuit le site spécialisé.
 
Après les distributeurs, ce sont désormais vers les fournisseurs que les regards se tournent pour qu’ils prennent leurs responsabilités. On peut en effet s’interroger sur l’utilité des différentes couches de cartons et de plastiques, quand un peu d’ingéniosité pourrait démontrer un engagement en la matière.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche