RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
11/12/2018

​L’agriculture des pays du Sud doit évoluer et l’agro-écologie a son mot à dire

Sébastien Arnaud



Un livre collectif signés notamment par des spécialistes issus du CIRAD et de l’AFD se penche sur les défi de l’agriculture dans les pays en développement. D’après eux, l’agro-écologie doit être envisagée sérieusement pour faire face aux défis de l’adaptation.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Face aux évolutions climatique, l’agriculture des pays en développement doit se réinventer. C’est la conclusion d’un livre collectif dont le Centre international en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) se fait l’écho par communiqué. « Ils sont 130 scientifiques du Cirad, de l'AFD, et leurs partenaires, à publier le 3 janvier aux Editions Quae un ouvrage sur la transition agro-écologique des agricultures du Sud. Présentées en avant-première à la presse, les conclusions de cet ouvrage sont sans ambiguïté : l'adaptation des agricultures du Sud aux défis climatiques, démographiques, sociaux, environnementaux est une nécessité et l'agro-écologie peut constituer, pour toutes les types d'agriculture, une partie de la solution » commence le texte.
 
L’Afrique subsaharienne, par sa croissance démographique conjuguée aux défis climatiques est en tête des préoccupation. Avec 2 milliards d’habitants prévus en 2050, le secteur primaire doit connaitre une révolution. « Pour s'adapter et améliorer sa résilience, tout en diminuant son impact sur le climat, l'agriculture peut s'appuyer sur les principes de l'agro-écologie. C'est l'une des nombreuses conclusions de l'ouvrage Transition agro-écologique des agricultures du Sud, à paraître le 3 janvier 2019 aux Editions Quae » explique le communiqué.
 
Pour se faire, deux grands leviers sont mis en avant. Le premier consiste à agir sur les performances des systèmes de production par la biodiversité fonctionnelle. «Cela permet, entre autres, de réguler naturellement les attaques des bio-agresseurs, et ainsi de réduire l'utilisation des pesticides. Il s'agit aussi d'améliorer l'efficience d'utilisation des ressources naturelles (eau, énergie, sols...) et d'optimiser les cycles biogéochimiques, pour réduire l'apport d'engrais chimique et ainsi diminuer les risques de pollution des eaux » précise le CIRAD.
 
Le second levier consiste quant à lui consiste à améliorer l’organisation opérationnelle de l’agriculture et repose entre autres sur les pouvoirs publics. « Il s'agit de s'intéresser à la manière de travailler ensemble (diversité des acteurs et rapports de pouvoir, de leurs stratégies et capacités) et aux services d'accompagnement de l'innovation. Ce levier prend aussi en compte les dimensions politiques (rôles et formes de l'action publique requise) de la transition » détaille le texte.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter