RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
11/10/2016

​Généralisation du CDD, les salariés sont plus que des « variables d’ajustement »

Sébastien Arnaud



Une étude publiée par France Stratégie montre que les contrats à durée déterminée sont devenus en l’espace de dix ans l’augmentations de contrats limités dans le temps et de plus en plus courts. Une situation qui doit interroger les entreprises sur leur vision du recrutement : les salariés peuvent-ils être vus comme des « variables d’ajustement » ?


ILD
ILD
Le CDD prend de plus en plus de place dans la part des contrats de travail en France. Cette conclusion d’une étude de France Stratégie ne surprend guère. Les personnes qui enchainent ces contrats, souvent dans une même structure, sont de plus en plus nombreuses. La peur de s’engager pour les entreprises a des conséquences certaines sur l’économie avec une part croissant des travailleurs qui rencontre des difficultés pour justifier un revenu auprès d’un propriétaire ou d’un banquier pour emprunter.

« Certes, le CDI reste le contrat majoritaire - 85% des salariés en 2015, part assez stable depuis 2000. Mais ce n'est plus la principale voie de recrutement. Selon une note de l'Acoss publiée en avril 2016, sur les 23,3 millions de déclarations d'embauche effectuées en 2015, 3 millions étaient des CDI et 20,2 millions concernaient des CDD. Les transitions professionnelles se sont intensifiées entre 2003 et 2014. Celles passant par le chômage ont augmenté, tandis que celles d'un emploi à un autre ont baissé » lit-on sur le site de L’Express.

Le rôle des entreprises

« Ces évolutions reflètent un changement des modes de gestion de la main d'œuvre par les entreprises, pour qui les contrats courts constituent des "variables d'ajustement", explique France Stratégie » explique le magazine.

Cette situation doit pousser à la réflexion en évitant de tomber dans la facilité. Tout en essayant de comprendre qu’une conjoncture défavorable pour les entreprises explique la crainte d’augmenter la masse salariale, il faut s’interroger sur la politique de recrutement de l’entreprise. En affirmant des principes de recrutement incluent dans une vision d’ensemble et à long terme, à l’inverse de voir les salariés comme des « variables d’ajustement », l’entreprise s’engage. 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale