RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/06/2015

​Droit du travail, les ONG aussi doivent respecter la loi




La polémique autour du rapport de l’inspection du travail sur la Croix Rouge rappelle que les ONG sont aussi des lieux de travail où la loi doit être respectée. Le journal Le Monde publie un article qui dresse un bilan très négatif du traitement des salariés par les associations. Ce sont parfois les associations qui dénoncent les mauvaises pratiques RSE de certaines entreprises qui sont mises en cause...


​Droit du travail, les ONG aussi doivent respecter la loi
L’inspection du travail a tapé du poing sur la table en rappelant à l’ordre la Croix Rouge pour des pratiques managériales jugées inacceptables. 3 800 infractions au code du travail avaient été comptabilisées, au final le directeur général Stéphane Mantion a été remercié.
 
L’affaire a fait du bruit pourtant ce n’est pas un cas isolé. Pour qui connait un peu le milieu associatif, les places sont rares et les salaires peu élevés. C’est donc un secteur difficile où seuls quelques passionnés font carrière.

Pratiques courantes

Dans un article sur le milieu associatif, le journal Le Monde rapporte que ces pratiques sont monnaies courantes. En s’intéressant à des employés d’associations de défense des droits de l’homme gardant l'anonymat, le quotidien du soir montre que ce sont parfois ceux-là même qui dénoncent les déviances des entreprises en termes de RSE qui ne respectent pas certains principes de base.
 
Si l’engagement et la motivation pour une cause sont les motivateurs pour ceux qui choisissent ce secteur, il n’en demeure pas moins que la loi s’applique pour tous. Les salariés « le plus souvent jeunes, diplômés de l’enseignement supérieur, et investis dans une organisation non gouvernementale par passion, militantisme et conviction » déchantent pour beaucoup en réalisant que les causes justifient des horaires et une pression difficiles à supporter.
 
Pour autant les spécificités des missions confiées aux travailleurs justifient pour beaucoup une abnégation particulière.  « Les ONG ont des travailleurs assez militants et engagés qui sont prêts à beaucoup travailler. Partir du travail avant 20 heures, c’est perçu comme ne pas assez s’impliquer, donc les associations sont tentées de laisser faire » a déclaré au Monde l’ancien responsable RSE d’Action contre la faim, Thibault Laconde.
 
Lire l’article du Monde en intégralité





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale