RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
31/10/2019

​Découvertes de « fissures structurelles » : les tracas de Boeing continuent

Sébastien Arnaud



L’inspection mondiale des avions de Boeing lancée depuis les incidents concernant le modèle 737 MAX vient de mettre à jour des fissures structurelles sur une cinquantaine de 737 NG. De quoi faire rebondir le feuilleton Boeing malgré les dénégations du constructeur américain.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Les ennuis ne sont pas encore terminés pour Boeing. Alors que 346 personnes sont mortes en Indonésie et en Éthiopie dans des accidents impliquant le modèle 737 MAX du constructeur, l’inspection qui a été lancée vient de révéler des anomalies. Un peu à l’image des communications qui concernent le secteur nucléaire, lorsque l’on est pas spécialiste on peine à évaluer les conséquences des déclarations. Sur le papier, en parlant de « fissures structurelles », l’annonce n’est en tout cas pas rassurante.  « Dans le cadre d’une inspection mondiale de ses avions, Boeing a découvert des fissures sur une cinquantaine de 737 NG, a annoncé le constructeur américain, ce jeudi. La compagnie aérienne australienne Qantas a notamment annoncé avoir cloué au sol un Boeing 737 NG en raison d’une fissure structurelle, ajoutant qu’elle en inspectait 32 autres avec urgence. Séoul a indiqué de son côté que neuf avions avaient été immobilisés début octobre, dont cinq opérés par Korean Air » annonce 20 Minutes.
 
Tout a commencé quand l’agence américaine d’aviation (FAA) a lancé début octobre l’inspection de Boeing 737 NG, qui sont les modèles antérieurs au 737 MAX, après avoir découvert une fissure sur un appareil en Chine. « Boeing avait précisé début octobre avoir découvert les fissures sur le « pickle fork », la partie de l’avion permettant de lier les ailes au fuselage et de gérer les contraintes et les forces aérodynamiques. Un porte-parole du groupe a déclaré, ce jeudi, qu’environ un millier d’appareils avaient à ce stade été inspectés dans le monde et que moins de 5 % – soit jusqu’à 50 avions – présentaient des « observations » qui nécessitaient leur immobilisation aux fins de réparations. Ces immobilisations s’ajoutent à d’autres problèmes de sécurité pour Boeing » poursuit le quotidien gratuit. Boeing a cherché à se faire rassurant, mais le feuilleton n’est pas terminé.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter