RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/10/2014

​Climat, le CESE félicite l’UE malgré les insuffisances

Jean Camier



Dans un communiqué, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) « se réjouit » de la direction que prend l’Union européenne dans le dossier du réchauffement climatique. La structure regrette cependant que la direction des institutions ne soit pas plus proche des recommandations des scientifiques.


​Climat, le CESE félicite l’UE malgré les insuffisances
« Le CESE se réjouit de l'accord sur un plan de lutte contre le réchauffement climatique à l'horizon 2030 auquel est parvenu le Conseil Européen » commence le Conseil économique, social et environnemental dans un communiqué. Rappelant que la France accueillera en décembre 2015 la 21ème Conférence sur le climat, les auteurs du texte se félicitent de l’apparente cohésion européenne sur les questions du réchauffement climatique. En effet, « l'Union européenne devra s'affirmer unie et porteuse d'engagements forts » pour permettre que les discussions débouchent sur des résolutions concrètes consensuelles.

Par ailleurs le texte indique que « le CESE souhaite à nouveau rappeler qu'il est vital que l'Europe développe dès à présent une réelle politique d'investissement pour assurer la transition vers une économie sobre en carbone et en ressources naturelles, et de manière à garantir la crédibilité de l'UE dans les négociations internationales. »

Recommandations des scientifiques

Le seul bémol que la structure française relève concerne les recommandations scientifiques. « Le CESE se réjouit de l'accord qui a été signé vendredi dernier lors du dernier conseil européen, l'Europe avait besoin d'asseoir une position claire et audible dans la perspective de la COP 21. Notre assemblée regrette en revanche que les objectifs, notamment en matière de réduction des gaz à effet de serres soient en décalage avec les prescriptions scientifiques maintes fois rappelées par le GIEC. »

Le CESE relève ainsi une anomalie dans le fonctionnement de la coopération internationale, et notamment les échanges entre le monde scientifique et les gouvernants politiques. Alors que les spécialistes du Giec sont actuellement entrain de discuter à Copenhague (notre article) sur les recommandations scientifiques les plu pertinentes de ces derniers mois, l’Union européenne n’a pas attendu d’en savoir plus avant d’acter un programme d’engagement.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche