RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
30/06/2015

​Canicule, vingt-six départements en vigilance orange

Sébastien Arnaud



A partir du mardi 30 juin vingt-six départements française sont en état d’alerte orange pour canicule. Avec des températures pouvant dépasser les 40°C, le gouvernement a multiplié les annonces et promis une mobilisation des différents ministères concernés. Les espaces publics climatisés pourraient être mobilisés.


​Canicule, vingt-six départements en vigilance orange
A partir du mardi 30 juin après-midi, vingt-six départements français sont placés sous vigilance orange par Météo France pour un « épisode caniculaire précoce et durable ». Pour rappel une canicule correspond à un épisode de minimum trois jours d’affilés où les températures restent très élevées tant le jour que la nuit.
 
« Les températures maximales seront souvent au-delà de 35 degrés : 37 °C à Lyon, plus de 38 °C à Paris tandis que les 40 °C seront atteints et parfois dépassés dans le Sud-Ouest. Pour faire face à cette chaleur, le gouvernement, qui a tenu une réunion interministérielle, souhaite s’assurer que « tout est bien en place et que tous les ministères sont bien mobilisés » » précise Le Monde.

Mobilisation des espaces publics climatisés

« Ségolène Royal a promis une « mobilisation » des espaces publics climatisés afin de soulager les personnes touchées. Elle a évoqué « les galeries commerciales, les cinémas, les bibliothèques (…) dans toutes les communes ».Certaines villes ont aussi invité les personnes âgées ou vulnérables à s'inscrire, par téléphone ou internet, sur le « registre canicule » de la commune pour qu'elles puissent être suivies par téléphone et bénéficier de visites à domicile. Un numéro spécial, 0800 06 66 66, a été mis en place entre 9 heures et 19 heures » continue le quotidien.
 
A l’approche de chaque épisode caniculaire, le souvenir de l’été 2003 est rappelé. Durant cette année, environ 20 000 morts auraient été causées par la chaleur. « Je ne crois pas que la canicule puisse avoir les mêmes conséquences que celle de 2003, car il n’y avait pas à l’époque une telle mobilisation » affirme Ségolène Royal qui a été mise à contribution pour cette mobilisation.
 
Ce sera maintenant aux préfectures de décider d’élever ou non au niveau supérieur du seuil d’alerte.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale