RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
17/02/2014

Une étude sur le gaz de schiste conteste ses effets positifs sur l'économie

Jean Camier



Selon une étude publiée par l’Iddri-Science Po, l’impact de l’exploitation du gaz de schiste est « très sectoriel » et n’a pas d'effets macroéconomiques importants. En étudiant le cas américain les chercheurs concluent que « la révolution du gaz non conventionnel n’a pas été une panacée pour l’économie américaine ».


Une étude sur le gaz de schiste conteste ses effets positifs sur l'économie
Une étude sur les effets économiques du gaz de schiste de l’Institut de développement durable et des relations internationales (Iddri) de Science Po a été présentée jeudi 13 février au Parlement européen. Les auteurs ont étudié le cas américain pour expliquer que l’hydrocarbure non conventionnel ne devait pas être vu comme la  solution pour l’indépendance énergétique.
 
L’étude veut montrer que le cas américain, qui est souvent montré comme un exemple à suivre dans le domaine du gaz de schiste, ne connaît pas le miracle économique et énergétique que certains prédisaient. D’après les auteurs, l’impact de l’exploitation du gaz non conventionnel est resté « très sectoriel ». Les effets positifs en terme de compétitivité se sont ressentis dans certains secteurs industriels mais ne pèsent, au final, que 1,2% du PIB américain. Et même si les exportations pétrochimiques ont plus que doublé entre 2006 et 2012, l’étude affirme que « il n'y a aucune preuve que le gaz de schiste conduise à une véritable renaissance de l'industrie manufacturière ».

Les US ne sont pas l’UE

Pour les chercheurs les effets positifs sur l’économie américaine sont donc contestables. Ils expliquent ensuite que si le bilan est mitigé aux Etats-Unis, le cas européen doit être regardé avec encore plus de minutie puisque, aujourd’hui, nous n’avons aucune estimation précise des réserves non conventionnelles présentent en Europe. « Un scénario médian indique que l’Union européenne pourrait produire plusieurs dizaines de milliards de mètres cubes en 2030-2035, soit 3-10% de la consommation » ajoute l’étude. Ainsi, selon les chercheurs, les prix resteront dépendants des marchés internationaux et les pays seront encore largement dépendants de la Russie, du Qatar ou de l’Algérie.
 
Les chercheurs ont ainsi laissé entendre aux élus européens que le gaz de schiste était une fausse solution et que les politiques d’efficacité énergétique et d’énergies alternatives devaient être privilégiées.

Voir les conclusions de l'étude





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche