RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
23/06/2014

Transition énergétique, pour le Réseau action climat, « le projet de loi ne répond pas à la commande initiale »




Par communiqué le Réseau action climat (RAC), s’insurge contre le projet de loi pour la transition énergétique présenté par Ségolène Royal. La fédération estime que le texte n’est pas assez ambitieux et manque de mesures concrètes pour établir une véritable transition.


DR
DR
« Malheureusement, le RAC constate que peu de ces mesures seront reprises dans le projet de loi. Au final, ce dernier ne répond pas aux questions posées en introduction du débat national sur la transition énergétique » débute le Réseau action climat dans un communiqué.
 
La fédération d’associations écologistes estime que le projet de loi présenté en Conseil des ministres par Ségolène Royal n’est pas satisfaisant. « Le projet de loi ne répond pas à la commande initiale qui était d'identifier une trajectoire claire et des mesures concrètes pour orienter massivement la France vers les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique » souligne Anne Bringault, coordinatrice des ONG sur la transition énergétique pour le RAC.

Projet trop souple avec le nucléaire

Parmi les critiques du RAC sur le manque d’ambition du texte de loi, le nucléaire tient une place centrale.  « Si l'objectif de réduction de la part de l'électricité nucléaire, de 75% à 50% en 2025, figure bien dans le projet de loi, aucun élément concret et contraignant permettant d'acter une réduction effective - et non relative - de la part du nucléaire n'a été acté. Autre renoncement : le projet de loi n'inscrit pas une limitation stricte de la durée de fonctionnement des réacteurs, accompagnée d'un mécanisme de fermeture des centrales nucléaires pour des raisons de pilotage de la politique énergétique. L'Etat laisse donc à EDF les clés de la transition énergétique alors que le parc nucléaire vieillit et que ses coûts de prolongation s'annoncent prohibitifs.
 
Par ailleurs, les objectifs (32% d’ici 2030) en termes de parts du renouvelable ne sont pas suffisants pour le réseau d’associations.  Selon lui, « il signifie qu'entre 2020 et 2030, le rythme de développement des énergies renouvelables sera moins important que le rythme qu'il est censé atteindre entre aujourd'hui et 2020 pour respecter l'objectif fixé pour la France au niveau européen (23%). »
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche