RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
04/09/2015

"Soundcity" : une nouvelle application pour lutter contre la pollution sonore

Sébastien Arnaud



​L’Institut National de Recherche Informatique (INRIA) a annoncé le lancement de son application de mesure de la pollution sonore, baptisée « SoundCity », mise en place avec le soutien de la ville de Paris. Résultat d’une mission ‘ville intelligente et durable’, sous le patronage de l’adjoint à la Mairie de Paris chargé de la santé, du handicap et des relations avec l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, Bernard Jomier.


"Soundcity" : une nouvelle application pour lutter contre la pollution sonore

L’Institut National de Recherche Informatique (INRIA) a lancé sa nouvelle application de mesure de la pollution sonore, baptisée « SoundCity », mise en place avec le soutien de la ville de Paris. Une première.

Un communiqué de l’INRIA a annoncé le lancement de cette nouvelle application, qui répond à un enjeu majeur qui sévit dans le paysage urbain actuel : la pollution sonore.


Une « mesure collaborative »

La pollution sonore est une nuisance majeure de l'environnement urbain. L’INRIA souligne que cette forme de pollution « conduit à une dégradation de la qualité de vie et peut entraîner ou amplifier des pathologies liées au stress. »

 Pour agir contre le bruit, l'agence d'écologieurbaine de Paris et l'association Bruitparif ont donc étudié « la pollution sonore par l'observation et la simulation numérique ». L'objectif de l’application SoundCity est « d'apporter une information complémentaire grâce aux niveaux sonores captés par les téléphones. »

Comme l’explique le communiqué, « la plupart des téléphones mobiles sont aujourd'hui équipés de plusieurs microphones. L'application SoundCity exploite les niveaux de bruit captés par ces téléphones, avec le double objectif d'évaluer l'exposition de l'utilisateur et de contribuer à cartographier la pollution sonore. »

Le fonctionnement de l’application est simple d’utilisation : « L'utilisateur peut consulter son exposition au cours des dernières minutes, son exposition horaire sur les derniers jours et son exposition journalière sur les derniers mois. Ces niveaux de bruit peuvent être mis en regard des recommandations de santé. » L’INRIA joute que « l'application autorise aussi des mesures manuelles qui permettent à chacun de se familiariser avec les niveaux sonores de son environnement. »

 Autre mesure collaborative : « la masse des données sera exploitée pour améliorer la cartographie de la pollution sonore sur Paris, et ultérieurement sur d'autres grandes villes. »






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche