RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
14/01/2014

Secteur éolien, 2013 a été « une année difficile »

Jean Camier



France Energie Eolienne (FEE) publie les parts de marchés 2013 des constructeurs d’éoliennes en France. L’association estime que les chiffres « sanctionnent une année difficile ». La sécurisation du tarif d’achat est une « urgence ».


Dans une communiqué publié le 10 janvier, France Energie Eolienne (FEE) « publie en exclusivité les parts de marchés 2013 des constructeurs d’éoliennes ». L’association estime que l’année a été difficile avec une progression en baisse par rapport à 2012. L’association dispose de chiffres révélateurs de la situation puisque « FEE représente plus de 90% du marché des éoliennes implantées sur le territoire français. »
 
En 2013 le repli de l’augmentation atteint donc 14,8% avec 631,15 MW installés et raccordés. L’objectif annuel du gouvernement est pourtant de 1 300 MW par an, rappelle le texte. L’an passé l’objectif n’avait pas non plus été atteint avec 740,95 MW installés et reliés.
 
« Cependant, concernant la capacité cumulée, l’éolien français atteignait 8465 MW en 2013. La hausse est approximativement de 8% par rapport à 2012. Pour rappel, l’énergie éolienne produit 4% de l’électricité aujourd’hui consommée en France » mesure le texte.

Sécuriser le tarif d’achat et simplifier la réglementation

Face à ce constat décevant, « FEE s’inquiète, même si l’année qui débute s’annonce plus engageante. » L’association « insiste de nouveau sur l’urgence de sécuriser le tarif d’achat éolien » pour donner confiance aux investisseurs.
 
« Le bilan 2013 est mauvais. Attention, sans sursaut vigoureux, c’est toute notre filière industrielle et les 11 000 emplois que nous avons créés qui en pâtiront » souligne Frédéric Lanoë, le Président de FEE.
 
Après les assurances sur le prix d’achat, l’association montre du doigt les complexités réglementaires en général et l’incertitude sur les soutiens européens et français.
 
« L'Europe réfléchit à se donner des objectifs en renouvelables à l’horizon 2030 ; c'est bien, mais il faut se donner les moyens maintenant. Pour confirmer certaines prémices de reprise dans l'éolien terrestre français suite aux simplifications opérées par le gouvernement, il faut conforter le tarif d'achat et moderniser le processus d'autorisation » conclue Frédéric Lanoë en référence à l’examen par la Commission européenne du tarif d’achat français.
 
Voir le communiqué de France Energie Eolienne





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche