RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/05/2014

Royal a « l’ambition de faire de la France le chef de file en Europe » du renouvelable marin




Lors de la présentation des parcs éoliens français, la ministre de l’Ecologie et de l’Energie a affirmé que cette filière devait être privilégiée, notamment dans le cadre de la loi sur la transition énergétique. Ségolène Royal en a profité pour rassurer les entreprises sur cette loi : « Ça ne sera pas une contrainte supplémentaire, des normes supplémentaires qui vont s’abattre sur les industriels. »


DR Webdocu.fr
DR Webdocu.fr
Le 7 mai, la ministre de l’Ecologie et de l’énergie, Ségolène Royal a présenté les projets éoliens maritimes en présence des opérateurs industriels concernés. Citée par le site enviscope.com, elle a affirmé avoir «  J’ai l’ambition et la volonté de faire de la France le chef de file en Europe, dans le domaine des énergies marines renouvelables. »

Selon elle, « 
La France bénéficie d’avantages considérables pour parvenir à cet objectif : d’abord nous disposons du deuxième gisement hydrolien et éolien du continent, la France est la deuxième puissance maritime mondiale avec onze millions de kilomètres carrés de zones maritimes. »

Les industriels et la transition énergétique

On commence à reconnaître la ligne de Ségolène Royal depuis sa nomination à la tête du ministère. Celle qui dit ne pas vouloir d’une écologie « punitive » - en témoigne sa décision sur l’écotaxe (ici) – s’est voulue rassurante sur l’esprit de la loi sur la transition énergétique. « La loi sur la Transition énergétique sera un accélérateur. Ca ne sera pas une contrainte supplémentaire, des normes supplémentaires qui vont s’abattre sur les industriels, c’est au contraire la façon d’accélérer cette transition énergétique qui se déploie déjà sous nos yeux, grâce au savoir-faire français, à l’ingéniosité associés à des partenaires européens » a-t-elle dit, d’après le site spécialisé.

Plus loin, enviscope.com cite la ministre qui affirme vouloir s’appuyer sur le tissu professionnel français pour adopter cette transition : «  Nous avons plus de 250 entreprises de taille et de secteur d’activité très divers qui interviennent directement dans l’éolien avec plus de 150 entreprises sous-traitantes. Par conséquent, l’installation des donneurs d’ordres sur le territoire national devrait permettre de dynamiser le tissu industriel local, notamment des PME réparties sur le territoire. »
 
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche