RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
22/06/2015

Relais & Châteaux, le luxe aussi peut être responsable

Sébastien Arnaud



Un article publié sur le site de BFMTV s’intéresse à l’engagement de l’association Relais & Châteaux en faveur de l’environnement et de la culture. Avec cette association de défense du patrimoine culturel et culinaire, c’est surtout la question du luxe responsable qui ressort.


Relais & Châteaux, le luxe aussi peut être responsable
Le site de BFMTV  a publié  un article intéressant sur l’engagement de l’association Relais & Châteaux. Mondialement connue, cette association culturelle semble avoir engagé un virage responsable très intéressant Utilisant la notoriété de l’association au service de conceptions de la culture et du patrimoine, les responsables de Relais & Châteaux semblent avoir bien intégré les problématiques de la RSE.

« La cuisine est à la mode mais elle est aussi au croisement de nos enjeux de société: la santé publique, les conditions de travail, la lutte contre l'appauvrissement culturel, la préservation de l'environnement à travers la question énergétique, le traitement de l'eau ou encore la lutte contre le gaspillage. 38% des gaz à effet de serre dans le monde sont liés à l'alimentation » explique par exemple Oliver Roellinger, le président de l’association.

Pas de patrimoine sans défense de l’environnement

L’une des causes de l’association est la lutte contre le luxe standardisé, ces hôtels ou restaurants sans spécificités culturelles que l’on peut retrouver aux quatre coins du monde. « Ce luxe standardisé, c'est tout ce que refuse le président de Relais&Châteaux. Ce ne sont pas des belles paroles. Ses convictions ont pris la forme d'une charte. 20 engagements concrets autour des thématiques suivantes: préserver les cuisines du monde, partager la passion du beau et du bon ou encore être acteur d'un monde plus humain. Il s'agit d'avoir recours à la production locale, de ne pas hésiter à cuisiner tout type de légumes quel que soit leur aspect. 35% des légumes sont traditionnellement rejetés » explique BFMTV.

Par ailleurs, de nombreuses initiatives en faveur de l’environnement sont rapportées comme le développement d’établissement 100% bio ou la création d’une association pour faire le bilan carbone de ses activités. « Olivier Roellinger a déjà prévu la rédaction d'une nouvelle charte plus précise dans laquelle les objectifs pourront s'adapter à l'environnement de chacun. 20 maisons pilotes en sont d'ores et déjà le symbole » lit-on plus loin.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche