RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
30/10/2009

Règles de transparence : et si le gouvernement donnait l’exemple ?

RSE Magazine




Il ne s’agit pour l’heure que d’une modeste épidémie. Mais conformément au principe de précaution, et c’est légitime, le gouvernement français a décidé à l’instar des ses homologues du monde entier de prendre les mesures qui s’imposent.

C’est à cet effet que le Ministère de la Santé, pour prémunir la population du risque de pandémie de grippe H1N1, a commandé un stock de près de cent millions de doses pour un montant s’élevant à 1,5 milliard d’euros. Et dès lors qu’on fait référence à l’activité des labos, la théorie du complot n’est jamais loin. C’est en voulant écarter l’hypothèse de cette dernière qu’un député a demandé au Ministère l’accès aux contrats qui unissent l’Etat à ses fournisseurs. Tant bien que mal, il eut accès au dossier et ne constata aucune irrégularité : ils sont en bonne et due forme !

Ce qui peut, néanmoins, soulever un certain nombre d’objections, c’est le peu de sens critique dont fit preuve le Ministère dans la démarche qui consista à s’entourer d’un groupe d’experts. Il a ainsi mandaté le Groupe d’expertise et d’information sur la grippe (Geig) pour lui insuffler de judicieuses recommandations quant à la mise en place d’une campagne de vaccination. Association de loi 1901, le groupe est entièrement financé (à hauteur de 400 000 € par an) par cinq des laboratoires qui produisent le fameux vaccin.

Le Ministère s’en serait rendu compte après avoir commande, certes. Et notre compétence éditoriale ne nous permet pas de juger de la pertinence d’une campagne de vaccination à grande échelle. Le point sur lequel nous pouvons nous prononcer, toutefois, c’est celui de la transparence. Et avouons qu’en la matière, on a déjà vu mieux. N’y a-t-il donc déjà plus d’experts indépendants dans notre pays?




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche