RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/07/2014

Réchauffement climatique : 2013 est l’une des années les plus chaudes jamais enregistrées




D’après le rapport annuel sur le climat, publié le 17 juillet 2014 dans le Bulletin de la Société météorologique américaine, l'année 2013 fut l'une des années les plus chaudes jamais enregistrées. Les données scientifiques recueillies dans le monde entier révèlent en effet que les gaz à effet de serre, le niveau de la mer et les températures ont atteint des niveaux historiques.


(Pixabay)
(Pixabay)
Ce rapport de référence compile des données scientifiques et les événements climatiques de l'année passée, résultat d'un travail de 425 scientifiques dans 57 pays. Il fournit une mise à jour détaillée des indicateurs climatiques mondiaux, des événements météorologiques remarquables et de différentes données recueillies par des stations et les instruments de surveillance de l’air, de la terre, de la mer et des glaces. « Ces observations confirment ce que les scientifiques constatent depuis plusieurs dizaines d'années : notre planète se réchauffe », indique l'administratrice de l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA).

Les températures à la surface de la terre et des océans ont augmenté, faisant rentrer 2013 dans le classement des dix années les plus chaudes. Dans l'hémisphère Sud, l'Australie a connu son année la plus chaude jamais enregistrée, l'Argentine sa deuxième et la Nouvelle-Zélande sa troisième. Le niveau général des eaux est également monté de trois millimètres l'année dernière, un rythme constant depuis vingt ans. L’Arctique a en outre connu sa septième année la plus chaude depuis la création de ce classement au tout début du XXe siècle. Le nombre de cyclones tropicaux en 2013 était quant à lui légèrement supérieur à la moyenne.

Enfin, le méthane, le dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre provenant de la combustion des énergies fossiles ont poursuivi leur augmentation en 2013, dépassant, une fois encore, un nouveau record. Pour la première fois, la concentration quotidienne de CO2 dans l'atmosphère a dépassé le seuil symbolique de 400 particules par million (ppm), selon des relevés effectués par l'observatoire Mauna Loa de Hawaï. Au printemps 2012, des sites d'observation dans l'Arctique avaient déjà constaté des concentrations de 400 ppm.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche