RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
08/10/2015

Radioactivité en Polynésie : l'IRSN publie son bilan de surveillance




Le niveau de radioactivité constaté en 2014 en Polynésie française reste à un très bas niveau, selon le dernier bilan réalisé par l'IRSN.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Une phase de stabilité débutée au milieu des années 1990 succède à la période de diminution régulière des niveaux de radioactivité après l'arrêt des essais atmosphériques français d'armes nucléaires en 1974.

Un communiqué de l’Institut de Radioactivité et de Sûreté Nucléaire revient sur les enjeux de la surveillance accrue de la radioactivité sur ce territoire.
 

Des niveaux de radioactivité stables

Le communiqué explique que « la surveillance exercée par l'IRSN évalue la radioactivité du domaine physique » et est « réalisée dans sept îles représentatives des cinq archipels de la Polynésie. » De plus, « l'Institut mesure les concentrations en radionucléides dans les produits alimentaires. »

L’année dernière, en 2014, le bilan de l'IRSN « a été réalisé à partir de 53 prélèvements issus du domaine physique et 141 prélèvements de denrées alimentaires. Par ailleurs, et pour la première fois, l'IRSN a étendu le suivi radiologique aux atolls militaires, avec l'analyse d'échantillons de poissons et d'eau de mer de l'atoll de Moruroa. »

Le communiqué précise qu’« en 2014, les niveaux de radioactivité dans les cinq archipels sont restés stables à un très bas niveau. Cette radioactivité résiduelle est essentiellement attribuable au césium 137. Il témoigne de la rémanence des retombées anciennes des essais atmosphériques d'armes nucléaires. »

Cependant, « la dose ‘ajoutée’ par la radioactivité d'origine artificielle est inférieure à 5 microsievert par an. Elle représente moins de 0,5% de la dose totale due à l'irradiation naturelle observée dans le Pacifique sud (1 000 µSv/an en moyenne). »

L'IRSN a réalisé depuis 2010, « une cartographie détaillée de certaines îles ou atolls », ceci « afin de mieux appréhender l'irradiation d'origine naturelle ». L'Institut constate ainsi « des niveaux d'exposition très bas, inférieurs en moyenne à 1 000 µSv/an. Cependant, dans les îles hautes, des valeurs plus élevées ont été relevées en présence de roches volcaniques. La valeur la plus élevée, 6 000 µSv/an, a été observée à Tubuai. »
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche