RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
27/10/2015

RSE, L’entreprise responsable doit agir sur la qualité de vie de ses salariés




D’après le Baromètre de l’entreprise responsable, la qualité de vie au travail est le premier critère retenu par les sondés. De quoi remettre à leur place les idées toutes faites sur la RSE et l’écologie.


Source Pixabay : image libre de droit
Source Pixabay : image libre de droit
La RSE n’est pas une idée fixe de militants écologistes en recherche d’une stratégie originale. Contrairement aux apparences et aux caricatures, la responsabilité sociale des entreprises ne se limite pas aux questions environnementales. Les débats climatiques et l’absence d’une législation environnementale claire ont malheureusement fait oublier les autres aspects d’un concept riche.
 
C’est ce que vient nous rappeler le Baromètre de l’entreprise responsable 2015. Les résultats publiés par Les Echos montre que les conditions de travail prennent une place prépondérante pour les personnes interrogées. 42% d’entre eux estiment qu’il s’agit du critère primordial contre 13% pour l’environnement.
 

Pas de lecture simpliste

« Au-delà de l’environnement, c’est sur le plan de l’engagement sociétal que la RSE peut apporter à la qualité de vie au travail. C’est le cas en matière de diversité (Charte sur la diversité, égalité des droits, égalité homme-femmes) et de handicap. La QVT (qualité de vie au travail NDLR), c’est aussi savoir qu’on appartient à une entreprise qui accueille tous les profils, professionnels, culturels, humains, une entreprise ouverte, enrichie et enrichissante, et en phase avec son époque » explique le quotidien économique.
 
D’un point de vue purement rhétorique, et pour le bien de la RSE, il est urgent de comprendre que ce concept ne peut être résumé à une ou deux actions vertueuses dans un domaine ou un autre. La démarche doit être comprise comme une posture positive où les décisions prises prennent en compte les impacts pour l’entreprise, ses salariés et la société.

La qualité de vie au travail doit être comprise comme un facteur de réussite pour l’entreprise dans tous les domaines, y compris sur le chiffre d’affaires et la croissance. « C’est là qu’entre en jeu la communication RH, pour diffuser une image maîtrisée en interne et en externe, avec les outils adéquats (…) Car la recette c’est aussi de s’appuyer sur les salariés, de les faire devenir des ambassadeurs de la marque et, pourquoi pas, de futurs recruteurs ! C’est ainsi que la QVT prend tout son sens » continue le journal Les Echos.

Lire en intégralité l’analyse du journal Les Echos
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche